Magazine Santé

DIABÈTE, OBÉSITÉ: On sait cibler la mauvaise graisse – Science Translational Medicine

Publié le 05 août 2014 par Santelog @santelog

DIABÈTE, OBÉSITÉ: On sait cibler la mauvaise graisse – Science Translational MedicineAdipocytes blancs, bruns et beiges ont tous des fonctions métaboliques différentes. Mais comment cibler «  les bons  » pour s’attaquer à l’adiposité ? Ces chercheurs du Helmholtz Diabetes Center (Munich) et de la Harvard Medical School réussissent, avec ces travaux –publiés dans la revue dans Science Translational Medicine- à distinguer très précisément les différents adipocytes sur la base de leurs protéines de surface. Cette nouvelle capacité à pouvoir les cibler soulève ainsi l’espoir de nouveaux traitements contre l’obésité et le diabète.

La graisse brune, celle qui brûle l’énergie, protège contre l’obésité, certes, mais aussi contre le diabète. Elle fait déjà l’objet de quantités de recherche, visant en particulier, pour lutter contre le surpoids à transformer la graisse blanche en tissu adipeux brun. Car dans le corps humain, le tissu adipeux blanc est de loin le plus répandu et le plus néfaste, car sa mission principale est le stockage de l’énergie. Et le tissu adipeux brun a cette capacité de brûler de grandes quantités d’énergie qui seraient autrement stockées sous forme de graisse.

Restent les adipocytes beiges, moins connus, qui constituent un type particulier d’adipocytes bruns et sont soit mélangés avec les adipocytes bruns dans le tissu adipeux brun soit se développent dans la graisse blanche, sous l’influence du froid.

Réduire l’excès de poids sans réduire l’apport calorique : L’activation du tissu adipeux brun via des médicaments est donc l’unes des approches poursuivies pour traiter l’obésité et ses comorbidités comme le diabète de type 2. Cependant, la quantité de tissu adipeux brun est très variable d’un individu à l’autre et difficile à évaluer. La découverte de ces protéines de surface caractéristiques va permettre de délivrer de façon sélective des substances favorables au tissu adipeux brun et par conséquent de réduire les effets secondaires. L’équipe développe actuellement des molécules spécifiques qui reconnaissent ces protéines de surface.

Source: Science Translational Medicine 30 July 2014 DOI: 10.1126/scitranslmed.3008490 ASC-1, PAT2, and P2RX5 are cell surface markers for white, beige, and brown adipocytes (Visuel NIH)

DIABÈTE, OBÉSITÉ: On sait cibler la mauvaise graisse – Science Translational Medicine
Pour en savoir plussur la Graisse brune


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine