Magazine Cinéma

Detective Dee II : La légende du dragon des mers

Par Régis Marton @LeBlurayphile

Detective-Dee-II-La-legende-du-dragon-des-mers_portrait_w858

Detective Dee II : La Légende du dragon des mers

Titre original : Di Renjie: Shen du long wang

Un film de : Tsui Hark

Avec : Mark Chao, William Feng, Carina Lau, Angelababy, Lin Gengxin, Ian Kim, Dong Hu, Kun Chen

L’impératrice Wu règne sur la dynastie Tang aux côtés de l’empereur Gaozong. Elle envoie sa flotte vers l’empire Baekje afin de soutenir cet allié de longue date, envahi par le belliqueux empire Buyeo. Mais, juste après leur départ, les navires sont attaqués par une mystérieuse et gigantesque créature surgie du fond des mers. Les habitants de Luoyang, la capitale orientale, pensent qu’il s’agit d’un dragon des mers. Afin d’apaiser ce dernier, la courtisane Yin, « la plus belle fleur de Luoyang », est choisie pour être enfermée dans le Temple du Dragon des Mers ; en fait une punition qui lui est infligée pour avoir refusé les avances de riches notables.  L’impératrice Wu, qui n’a guère de temps à accorder à ces superstitions, ordonne à Yuchi Zhenjin, le Commissaire en chef du Temple Suprême, d’enquêter sur l’acte de sabotage dont la flotte a été victime. Elle suspecte les sympathisants de l’empire Buyeo d’être à l’origine du complot. Par chance, Dee Renjie arrive à Luoyang le même jour pour prendre ses fonctions de magistrat au Temple suprême. Son poste englobe les fonctions de détective, juge et bourreau. Dans la rue, Dee et Yuchi assistent à la procession menant la courtisane Yin jusqu’au Temple du Dragon des Mers. Tous deux sont époustouflés par sa beauté. Sur le chemin du Temple Suprême, Dee aperçoit un groupe d’étrangers sortir d’une maison de thé, s’envelopper dans des vêtements de moines taoïstes, et se diriger vers un canal menant au temple… Ce n’est que le début des péripéties qui amèneront le Détective Dee à résoudre l’énigme de la Légende du Dragon des Mers…

Dee

Détective Dee ( Mark Chao)

Sherlock Holmes : le retour

Les fans de la série Sherlock (Steven Moffat) avec Benedict Cumberbatch dans le rôle titre ne pourront qu’apprécier sa version chinoise. Ce n’est pas nous qui le disons, c’est Tsui Hark en personne : « Je veux faire de Detective Dee un enquêteur célèbre dans le monde entier. Je veux que chacun sache qu’il était le premier Sherlock Holmes. » Le Detective Dee (Ti en français) est l’homme qui comprend plus vite que son ombre. Personnage de la culture populaire chinoise, le juge Ti a réellement existé et connu la gloire pour sa capacité de déduction extraordinaire. Il fut rendu célèbre dans le monde entier par les romans du diplomate Hollandais Robert Van Gulik, puis fut repris par l’écrivain français Frédéric Lenormand sous le titre Les nouvelles aventures du juge Ti. Chez Tsui Hark, notre Dee devine toujours tout avant tout le monde et adore avoir raison. Si ce genre de personnage peut agacer dans la vie courante, il est délicieusement arrogant et les plus vindicatifs d’entre vous adoreront le détester. Les fans de la licence en revanche découvriront qu’il y a une chose qu’il ne sait pas (si, si, c’est possible, je vous jure). Dee (Mark Chao) est l’incarnation du peuple face à la bureaucratie impériale. Il ne passe pas son temps à argumenter vainement, comme les juges du Temple Suprême, les administrateurs et les bureaucrates de la cour. C’est encore plus le cas dans ce film que dans le précédent, car dès le début du film, il s’oppose à son futur meilleur ami/rival, Yuchi Zhenjin. Ce personnage est l’incarnation des méthodes du Temple Suprême, s’il sait agir lorsque la situation l’exige, ses capacités de déduction sont loin d’égaler celles de notre héros. Cela dit, il diffère des précédents personnages d’enquêteurs vu dans la saga car s’il est arrogant et jaloux, il sait reconnaître la supériorité intellectuelle de Dee et en tirer partie pour découvrir la vérité.

Dee 3

Impératrice Wu Ze Tian (Carina Lau)

L’autre personnage que l’on retrouve c’est l’impressionnante impératrice Wu Ze Tian (Carina Lau), déjà présente dans le premier épisode. Toujours aussi autoritaire et prompte à couper des têtes en cas de contrariété, elle prend plus de place dans l’intrigue car cette fois, la cour est directement visée par un complot et elle intervient afin de la sauver. D’ailleurs, pour la première fois, une autre femme qu’elle est l’objet de toutes les attentions des hommes : la magnifique courtisane Yin Ruiji, ce qui nous permet d’entrapercevoir une autre facette de notre impératrice. En effet, nous savions qu’elle voulait le pouvoir politique pour elle seule, mais si elle ne se sert pas de ses charmes pour dominer les hommes, cela ne signifie pas qu’elle laisserait une autre femme qu’elle le faire impunément. Elle est la seule à posséder le pouvoir en toute circonstance. Cela nous laisse avec une question obsédante pendant tout le film : mais à quoi sert l’empereur en fait?

Pure action, pur délire

Après la fin des événements du premier film, Dee a reçu une recommandation de maître Yan afin d’intégrer le temple sacré, qui regroupe l’élite des juges-enquêteurs du pays. Il part donc pour la capitale Luoyang. Hélas, la nation est en guerre et la flotte décimée par une mystérieuse créature marine. La suite des aventures de notre détective préféré est tout aussi drôle que le premier volet : Detective Dee : Le mystère de la flamme fantôme.

Yuchi

Yuchi Zhenjin (William Feng)

L’action est très présente, surtout grâce au personnage de Yuchi Zhenjin. Il est bien meilleur maître d’arts martiaux que Dee. Il manie deux épées ainsi qu’une bolas métallique. Les chorégraphies de combat sont très soignées et magnifiques mais toujours accompagnées d’une pointe d’humour, voire d’absurde. C’est la marque de fabrique de la licence : la petite touche d’humour qui fait passer les scènes peu ragoutantes, comme de voir Rick O’Connell (Brendan Fraser), jouer au base-ball avec une tête de mort-vivant dans La Momie (1999). Certains personnages évoquent même les personnages délirants d’un Yuen Woo Ping dans sa fameuse trilogie The Miracle Fighters (1982), Shaolin Drunkard (1983) et Taoism Drunkard (1984). Ainsi, le physicien impérial (comprenez médecin) Wang Yu (Kun Chen) est un savant fou qui expérimente les remèdes sur lui-même et ses disciples.

En savoir plus sur Wang YuCe personnage va particulièrement loin dans le délire : vous découvrirez ainsi qu’il est affublé d’une main de singe.
dee2-e1400168887324

Détective Dee (Mark Chao) et Shatuo Zhong (Lin Gengxin)

Un peu classique quand même

Si Tsui Hark nous propose toujours autant de personnages fantasques et de créatures fantastiques, les ficelles de l’intrigue restent plutôt classiques et devraient plaire au plus grand nombre. En effet, l’amitié-rivalité entre Dee et Yuchi n’est pas le point le plus consensuel : le personnage de Shatuo Zhong (Lin Gengxin) est l’ami-faire-valoir-un-peu-benêt-et-timide. C’est un personnage touchant, drôle malgré lui et attachant grâce à sa maladresse. Il est apprenti-médecin et est le disciple de Wang Yu. Autre personnage classique : le prince Huo Yi (Dong Hu) qui campe un méchant très crédible et très classique pour le cinéma chinois (avec des sourcils fournis et une moustache stylisée). D’autre part, il est motivé par la vengeance et la soif de pouvoir, rien de bien original là aussi. Cependant, c’est surtout l’histoire d’amour impossible entre la jeune courtisane Yin Ruiji (Angelababy) et le jeune maître du thé Yuan Zhen (Ian Kim) qui est la touche de classicisme la plus flagrante. Cependant, cela permet d’amener une touche glamour, sexy et sensuelle extrêmement esthétique.

50

Yin Ruiji (Angelababy) et Yuan Zhen (Ian Kim)

Une esthétique à couper le souffle

Pour commencer ce paragraphe sur l’esthétique, nous parlerons d’abord de la musique. Entraînante, enlevée, elle vous transporte sans mal au Pays du Soleil Levant. Précisons qu’elle est signée Peter Kam et que vous pourrez y découvrir une chanson de William Wu. Il n’y a malheureusement pas de sortie de CD prévue pour l’instant. Sur le plan visuel, les chorégraphies de combat sont stylisées et parfois lyriques, comme on les aime (dignes d’un Hero de Zhang Yimou). Les scènes d’action sont originales et très bien pensées. Je vous recommande de ne pas vous lever avant d’avoir vu les crédits du générique pour profiter des trois scènes bonus du générique, ainsi que des dessins du story board, qui sont absolument à couper le souffle.

Le combat final contre Huo YiLe combat final contre le prince Huo Yi a lieu sur une falaise, le méchant étant affublé d’une côte de mailles intégrale et s’accrochant au mur comme Spiderman à l’aide de griffes et de chaussures à crampons métalliques: une fois encore, un combat à couper le souffle mais de pu.
Young Detective Dee - Rise of the Sea Dragon 3D 1

La courtisane Yin Ruiji (Angelababy), atout charme du film

Les décors reconstitués de la ville de Luoyang n’ont rien à envier à un documentaire d’History Channel. La reconstitution 3D en images de synthèse est parfaite. La 3D est également extrêmement appréciable lors du combat final contre le dragon des mers. Ce qui m’amène à une petite mise en garde : Tsui Hark privilégie l’esthétique au-delà de tout. Aussi, ce ne sont pas les lois de la physique et de la biologie qui l’étouffent. Il préfère une esthétique soignée à une scène crédible et on adhère à 100%. Alors si vous préférez la vraisemblance à l’esthétique, n’allez pas voir ce film. Si vous voyez un cheval galoper sous l’océan, c’est que vous avez passé la nuit au Délirium Café, ne mentez pas…

Detective Dee

Vous l’aurez compris, Detective Dee est un très bon divertissement avec un mystère à résoudre, une créature mythique, une touche de charme, de l’humour et des arts martiaux. Bref, une film drôle et bourré d’action que nous avons littéralement adoré et vous recommandons vivement. Sortie le 6 août 2014.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Régis Marton 2834 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines