Magazine Culture

Thomas Sankara, le résistant

Publié le 25 août 2014 par Activeast @activeast

sankara

"Thomas Sankara a légué aux générations futures la verve et l’énergie de l’espoir, l’emblème de la probité et la conscience historique de l’inaliénabilité de la lutte contre toutes oppressions"

L’ancien président du Burkina Faso était un grand homme, résistant à l’Empire, aux banquiers internationaux. Il a milité pour redonner aux africains leur indépendance. Assassiné comme Kadhafi pour avoir trop défié l’impérialisme. Militant antibanque, je vous propose donc en introduction son historique discours sur la dette à ne pas payer. Viennent ensuite divers documentaires autours de cet admirable personnage historique.

Thomas Sankara sur la dette

Discours au sommet d’Addis Abéba le 29 juillet 1987 (vingt-cinquième conférence au sommet des pays membres de l’OUA)

«La dette ne peut pas être remboursée parce que si nous ne payons pas, nos bailleurs de fonds ne mourront pas. Soyons-en sûrs. Par contre, si nous payons, c’est nous qui allons mourir. Soyons en sûrs également.»

  • Texte du discours

Thomas Sankara [L'homme Intègre]

Rarement président africain aura autant incarné la dignité et la volonté d’exister d’un continent meurtri. Assassiné le 15 octobre 1987, le président du Burkina Faso, Thomas Sankara, est devenu un symbole et une référence politique majeure pour toute l’Afrique. Les points cardinaux de son action, durant ses quatre ans au pouvoir, étaient : lutte contre la corruption, développement autocentré, condamnation du néocolonialisme, éducation et santé pour tous, émancipation des femmes. Dans tous ces domaines, il a adopté des mesures concrètes comme la réduction du train de vie de l’État (à commencer par le sien propre), interdiction de certaines importations de produits alimentaires et réforme agraire, campagnes de scolarisation et de vaccinations (pour lesquelles il a reçu les félicitations de l’Organisation mondiale de la santé), dénonciation des ingérences françaises, interdiction de la polygamie et lutte contre l’excision, etc.

Les commémorations du vingtième anniversaire du coup d’État au cours duquel Sankara a trouvé la mort s’accompagnent de conférences, de débats et de concerts au Burkina Faso mais aussi en Europe et dans le reste du monde. Ces manifestations se déroulent malgré les menaces de mort lancées contre certains de leurs animateurs.

En mai 2006, le Comité des droits de l’homme des Nations unies a fait droit à une demande de la Campagne internationale justice pour Sankara (CIJS), effectuée au nom de la veuve de Thomas Sankara, Mariam. Il a demandé au gouvernement actuel du Burkina Faso, issu du putsch de 1987, de diligenter une enquête indépendante sur les circonstances de la mort de Sankara et de rectifier son certificat de décès (il porte toujours la mention « mort naturelle »). La procédure se poursuit et une pétition de soutien à la CIJS est lancée. La décision du Comité représente une première dans la lutte contre l’impunité concernant les auteurs de coups d’État. (http://www.future4africa.org)

 

La France, le pire ennemi de l’Afrique

"Un film sur Thomas Sankara, "le Che africain" assassiné par la FRANCE et les ennemis de l’Afrique libre"

Capitaine Thomas Sankara

Discours mémorable de Thomas Sankara à Harlem

Assassinat de Thomas Sankara par Blaise Compaoré (1997)

"Thomas Sankara.. et ce jour-la ils ont tue la félicité"
Documentaire de Silvestro Montanaro

Ce documentaire a été diffusé sur la sur la chaîne TV publique italienne Rai3 le 18 janvier 2013 à 23H05 sur la chaîne TV publique italienne Rai3, dans l’émission «C’era una volta».  La traduction en français a été réalisée par Patrizia Donadello et Ulysse Perez du Réseau internationale « Justice pour Thomas Sankara. Justice pour l’Afrique. » http://www.thomassankara.net, et les sous-titres par Carlinho Utopia.



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Activeast 2278 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte