Magazine Société

482° Entre silence de godillots et bruits de bottes...

Publié le 31 août 2014 par Jacques De Brethmas

J'ai écouté sans le vouloir des morceaux de l'allocution de Manuel Valls à La Rochelle.. Difficile à éviter, attendu qu'il occupait toutes les radios et les télés. Je savais ce qu'il allait dire et point n'était besoin pour moi d'en reprendre une louche pour changer l'opinion que j'ai de ce serpent hypnotiseur.
La seule qualité que j'y ai trouvée est celle de la communication. J'ai dit « allocution », j'aurais du dire « imprécation », que dis-je : « harangue ». Magnifique cocktail de généralités et d'évidences sur « l'unité du parti », l'intérêt général, son dévouement au pays, (-qui ne saurait aller sans son accession aux postes les plus élevés, voire au poste suprême-) , quelles subtiles successions de chaud et froid, enfonçant son clou libéral jusqu'à ce que s'élèvent des broncas qu'il s'empresse de noyer dans de lyriques digressions sur les valeurs républicaines pour les couvrir de remontées d'applaudissements… 
482° Entre silence de godillots et bruits de bottes...
Quel talent d'orateur…. Je ne sais pas qui écrit ses discours, mais il les interprète bien… Je ne sais pas pourquoi cette diatribe m'a rappelé des harangues de dictateurs qui élèvent le ton en vagues de plus en plus agressives jusqu'à une apogée où ils martèlent quelques pointes de leurs doctrines, pour anesthésier immédiatement la brutalité de leur vitupération par des appels à la fraternité et à la misère de la veuve et de l'orphelin… Et on recommence des mouvements de houle jusqu'à ce que l'océan des fanatisés et groupies balance à l'unisson...
Cela donne des contresens qui mettent en évidence la présence d'un brillant vernis d'hypocrisie sur le bois pourri de sa doctrine, par la formation de quelques craquelures. Mais qui se soucie des craquelures dans une foule galvanisée ?.
Ainsi par exemple lorsqu' il trouve scandaleux que tant de Français aient du mal à se loger, lui qui, trois jours plus tôt, a aboli l'article de la loi sur l'encadrement des loyers. Passez muscade : aucun de ses thuriféraires n'a vu le vernis éclater en grosses écailles à ce moment du discours…
Ainsi encore par exemple lorsqu'il affirme que les cadeaux faits aux entreprises vont participer à la richesse du bon peuple alors que le Monde et même Le Figaro constatent que la France est championne du monde pour le versements de dividendes !
Alors même qu'une telle politique est justement celle qui élargit la fracture sociale, fracture sociale qu'il a affirmé, dans le paragraphe précédent de son sermon, vouloir réduire jusqu'à l'éradication ? 
482° Entre silence de godillots et bruits de bottes...
Pourquoi une majorité de députés socialistes, décidés à accorder une confiance aveugle à l'imposteur sans même connaître les termes en lesquels il va la leur demander, se défendent hautement d'être des godillots bien avant qu'on en les accuse ?
Ça doit être bien confortable, député, pour qu'ils fassent, avec si peu d'états d'âme, passer le maintien de leur mandat avant le respect de leurs convictions.
Mes poils se hérissent quand je l'entends dire que le président de la république a besoin d'un parti fort pour soutenir la politique qu'il a choisie !
Non ! C'est le parti qui a investi un candidat à l'élection présidentielle qui a besoin d'un président qui applique la politique que le parti l'a chargé de mettre en œuvre. La démocratie fonctionne dans ce sens, et les députés sont là pour veiller à ce que la politique suivie soit bien celle pour laquelle ils ont été élus. Pas pour servir de milice aux divagations d'un sous-marin libéral qui veut opérer un détournement de trajectoire.
Sarkozy avait Buisson, Hollande a Macron. Le premier l'entraînait vers l’extrême droite, le second penche vers l'extrême-fric. Ce socialiste de fraîche date (2006) ne paie plus ses cotisations depuis cinq ans. Il a juste payé son ticket au début pour entrer dans le sérail. Jamais élu, ne représentant que lui-même, il a, encore quelques jours avant sa nomination, défendu la fin des 35 heures, qui est un cheval de bataille de l'opposition la plus droitière. 
482° Entre silence de godillots et bruits de bottes... S'inscrire à un parti et accepter de hautes responsabilités dans un gouvernement qui porte des convictions exactement opposées aux siennes, cela s’explique comment, si ce n'est par l'expression désinvolte et outrancière d'un arrivisme forcené ?
Le peuple de gauche est perdu dans le désert, abandonné par les guides qu'il s'était donné pour le sortir de ce mauvais pas. D'un côté, le guignol à talonnettes, celui-là même qui alourdi la dette du pays de 500 milliards d'euros en cinq ans commence à se présenter comme un recours, sur le banc de touche, quelques UMPistes homophobes, et de l'autre côté, la vague obscurantiste et populiste du front national qui fait rouler bruyamment dans son ressac les galets de l’infamie ?
Pour qui voter maintenant ? N'avons nous plus que le silence des godillots pour nous protéger des bruits de bottes ? 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jacques De Brethmas 464 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine