Magazine Santé

LONGÉVITÉ: Le rat-taupe livre un nouveau secret – Biochimica et Biophysica Acta

Publié le 01 septembre 2014 par Santelog @santelog

LONGÉVITÉ: Le rat-taupe livre un nouveau secret – Biochimica et Biophysica ActaLa longévité du rat-taupe nu, soit 32 ans, fait rêver les chercheurs. Cette étude de l’Université du Texas contribue à l’expliquer en identifiant un facteur cellulaire qui renforce l’intégrité des protéines. Alors que ce même facteur existe aussi chez l’Homme mais perd de son efficacité avec l’âge, ces travaux présentés dans la revue Biochimica et Biophysica Acta pourraient bien inspirer une nouvelle piste anti-vieillissement.

Car le rat-taupe nu défie le vieillissement, tant au niveau cérébral que par sa résistance aux maladies liées à l’âge, comme le cancer par exemple. A ce titre, l’animal est même devenu un modèle de choix pour les chercheurs qui, en décryptant peu à peu les secrets de sa résistance espèrent trouver de nouvelles voies thérapeutiques contre la maladie.

LONGÉVITÉ: Le rat-taupe livre un nouveau secret – Biochimica et Biophysica Acta
Les scientifiques viennent de découvrir un autre de ses secrets, propice aussi à sa longévité, un facteur dans les cellules du rongeur qui protège et modifie la fonction du «  protéasome, un broyeur à déchets  » ou dégradateur des protéines endommagées et obsolètes. Il se trouve que ce facteur protège également la fonction du protéasome dans les cellules humaines, (et accessoirement chez la souris et la levure). Or avec l’âge, les protéasomes s’arrêtent de fonctionner ce qui entraine une accumulation de protéines endommagées qui nuisent à la bonne fonction des cellules, contribuant à la mort cellulaire.

Le facteur maintient sur la durée la qualité globale des protéines : Pour le Pr Karl Rodriguez, auteur principal de l’étude, c’est un des rouages du processus global par lequel les rats-taupes nus maintiennent la qualité de leurs protéines, en dépit de l’âge, qui favorise un plus grand nombre de protéines endommagées à éliminer et affaiblit l’efficacité du protéasome. Du coup, la qualité globale des protéines baisse tout au long du vieillissement.

Source: Biochimica et Biophysica Acta 2014 Jul 10 DOI: 10.1016/j.bbadis.2014.07.005 A cytosolic protein factor from the naked mole-rat activates proteasomes of other species and protects these from inhibition (Visuel@UT Health Science Center at San Antonio)

LONGÉVITÉ: Le rat-taupe livre un nouveau secret – Biochimica et Biophysica Acta
Pour en savoir plussur la Longévité et ses facteurs


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine