Magazine Santé

4 mythes sur l’hydratation en course à pied

Publié le 07 septembre 2014 par Thepinkrunner @thepinkrunner

1398511-boire-mais-aussi-se-rafraichir

Cet article a été rédigé par Elodie auteur pour le blog de moncoach.com.

Les informations au sujet de l’hydratation en course à pied sont nombreuses et il est parfois difficile de déceler le vrai du faux. Ne vous laissez par influencer par les dernières modes en lisant ces 4 mythes sur l’hydratation.

Mythe : La soif n’est pas un bon indicateur de votre niveau d’hydratation.
Vérité : La soif est un excellent indicateur de votre niveau d’hydratation, et beaucoup d’experts vous diront que c’est le seul indicateur dont vous avez besoin. La soif est un mécanisme très efficace mais il est toujours utile d’avoir un autre outil qui vous permet de mesurer votre niveau d’hydratation. Connaître votre taux de transpiration est un bon moyen de suivre vos besoins, en particulier pour de longues courses. Pour calculer votre taux de transpiration, pesez-vous nu avant et une heure après la pratique de votre sport. Et calculez l’eau que vous avez perdue pendant votre course ou votre entraînement. Chaque litre de sueur perdu représente environ 1 kilo. Votre but n’est pas de boire autant que vous avez perdu d’eau, mais vous devez vous en rapprocher le plus possible. Pour certains coureurs, cela signifie remplacer deux tiers du fluide perdu, par la transpiration pendant l’effort.
Mythe : L’eau pure reste le meilleur moyen de s’hydrater.
Vérité : Bien que l’eau pure soit un excellent moyen de s’hydrater, ce n’est pas toujours le meilleur choix en fonction des situations. Pour une petite course pendant un jour d’entraînement « facile », de l’eau classique fera tout à fait l’affaire. Mais si vous courez 15 kilomètres par une chaude matinée du mois d’août, vous devez plutôt opter pour une boisson contenant des ions sodium, car vous en perdez lorsque vous courrez longtemps. Le sel aide à la rétention d’eau. Vous risquez moins de l’évacuer en urinant. Des boissons pour sportifs riches en électrolytes, sont de bons choix, vous pouvez également prendre du sodium en tablettes avant votre course. Mais vous ne pouvez pas vous charger en sodium. Vous évacuerez par votre urine tout ce dont vous n’avez pas besoin. Lisez cet article pour savoir comment bien récupérer après une longue course comme un marathon par exemple.

Mythe : Vous ne pouvez pas boire trop.
Vérité : Vous pouvez tout à fait boire trop, vous pouvez même en mourir. Boire trop d’eau peut provoquer une hyponatrémie symptomatique, un état où les niveaux de sodium dans le sang deviennent dangereusement bas. Environ un pour cent des marathoniens développer une hyponatrémie symptomatique, certains groupes de personnes sont plus enclins à développer ce symptôme, y compris les coureurs débutants ; ceux qui terminent le marathon en plus de quatre heures ; et ceux qui font beaucoup de marche et de course par temps froid (lorsque votre taux de sudation n’est pas aussi intense que pendant les chaudes journées). La meilleure façon de prévenir l’hyponatrémie est d’écouter sa soif.

Mythe : Boire beaucoup d’eau est un bon moyen pour évacuer les toxines.
Vérité : Il n’existe aucune preuve que la consommation excessive d’eau nettoie votre corps. Boire trop d’eau peut légèrement nuire à la capacité de vos reins à filtrer le sang. Les seules personnes qui doivent boire beaucoup d’eau sont les personnes qui développent des calculs rénaux.

Partager la publication "4 mythes sur l’hydratation en course à pied"


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Thepinkrunner 14695 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines