Magazine Football

Enthousiasme, mercato et retour aux vraies valeurs

Publié le 07 septembre 2014 par Passionacmilan

Milan 2014-2015Après avoir vécu un été déprimant, l’AC Milan a agréablement surpris lors de son premier match face à la Lazio lors de la 1° journée de Serie A. La victoire et la prestation positive ont réanimé l’enthousiasme à Milanello même s’il y a encore beaucoup de travail à effectuer et qu’Inzaghi préfère garder les pieds sur terre. Les Rossoneri ont bien débuté mais ce n’est qu’un seul match et il en faudra encore une dizaine pour juger le réel niveau et potentiel de cette équipe. Cependant, les débuts sont prometteurs, surtout du point de vue de l’état d’esprit et du groupe.

MILAN – LAZIO
Au terme de la rencontre, Inzaghi a dévoilé ses plans : « On essayera d’être la surprise du championnat. Notre force devra être le groupe. On peut seulement perdre contre ceux qui sont plus forts que nous, pas contre ceux qui ont plus d’envie. L’objectif? Trois équipes sont plus fortes que nous, on est juste derrière mais avec la volonté, le caractère et nos tifosi que j’espère revoir à San Siro, on pourra être la surprise. » Milan a déjà surpris par sa nouvelle mentalité : grinta, organisation, cohésion, grand esprit de groupe, contre-attaques et réalisme. Tout le contraire du Milan prétentieux et fragile des saisons passées.

BEAUCOUP A AMÉLIORER : RESTONS CALMES
Les Rossoneri ont tout donné et ont ainsi obtenu une belle victoire mais ont beaucoup de travail à effectuer car la Lazio s’est montrée dangereuse, a créé beaucoup d’occasions et a posé des difficultés à Milan en fin de match. Après le 3-0, les Romains ont réagi avec orgueil et ont rapidement marqué. Ils ont ensuite inquiété l’équipe d’Inzaghi, sauvée par Diego Lopez qui a arrêté un penalty qui aurait pu signifier 3-2 à 5 minutes de la fin. Bref, le score de 3-1 est large mais aurait pu être différent : s’enflammer serait une très grosse erreur…

Mais qu’est-ce qui a manqué à ce Milan? Tout d’abord la confiance. En effet, après une saison catastrophique, les Rossoneri ne sont pas encore rassurés. Ensuite, Milan a manqué de qualité technique au milieu. Après avoir mené 3-0, l’équipe d’Inzaghi n’a pas bien géré la rencontre et a beaucoup souffert. La présence de milieux techniques et par conséquent une meilleure possession de balle aurait permis de garder le contrôle du match, de diminuer la pression sur la défense et de terminer la rencontre sans frayeurs.

BONAVENTURA ET VAN GINKEL = QUALITÉ TECHNIQUE
A Milan l’espoir est que cette qualité soit apportée par Van Ginkel et Bonaventura, tous deux arrivés lors du dernier jour de mercato. Le milieu prêté par Chelsea est un classique « box to box », avec un style comparé à celui de Lampard lors de son arrivée à Londres. Du haut de son 1,86 mètre, il apportera de la force physique en plus d’une bonne qualité technique.

L’Italien a plus souvent joué comme ailier mais a évolué au milieu et est prêt à s’adapter sur la ligne médiane, en apportant des qualités plus offensives que les autres milieux présents dans l’effectif. Bonaventura est certes un joueur peu médiatisé et peu connu mais jeune, italien, avec un prix intéressant et qui en surprendra plus d’un. Bref, la qualité technique est arrivée au milieu après des années de carences : tant le jeu offensif que défensif en bénéficieront, en plus d’apporter de nombreuses variantes tactiques au 4-3-3 tels que le 4-4-2 et le 4-2-3-1.

TORRES, BONAVENTURA, VAN GINKEL CHANGENT-ILS LE MERCATO?
Il y a trois mois, au terme d’une saison noire, tout le monde s’attendait à un mercato imposant de la part de l’AC Milan. Malheureusement, les problèmes financiers aggravés par l’absence de qualification en Champions League n’ont pas permis des investissements.

Milan a principalement pensé à dégraisser massivement, avec au total plus de 50 départs (malgré quelques départs ratés comme Zaccardo, Essien, Mexès, Agazzi), des plus importants (Balotelli, Kakà, Robinho, Matri, Constant, Emanuelson…) jusqu’à de nombreux jeunes qui étaient prêtés ou en copropriétés et qui ont quitté définitivement le club. L’argent économisé sur les salaires ainsi que les ventes de Balotelli, Constant et Cristante permettent de faire face au manque à gagner d’une participation européenne.

En entrée, entre confirmations (Rami, Poli et Saponara) et nouveaux joueurs, Milan a tout de même recruté une équipe entière qu’on pourrait aligner comme ceci : Diego Lopez (Agazzi); Albertazzi, Alex, Rami, Armero; Poli, van Ginkel, Saponara; Menez, Torres, Bonaventura.

Seul le temps nous dira si Milan en ressort réellement renforcé. Actuellement on peut constater quatre choses : La première est qu’une nouvelle fois le club a très mal communiqué en faisant croire des achats impossibles comme Iturbe & co après le départ de Kàkà, ensuite Robinho… jusqu’à arriver à une vente de Balotelli et finalement rien investir (le club a aussi fait part de confusion notamment avec les gardiens etc.). La seconde est liée : pour agir et ne recruter que des prêts et paramètres zéro, Milan a du vendre sa « star ». Un club comme Milan, qui en plus se met l’objectif d’atteindre le podium, peut-il avoir un budget mercato égal à zéro?

La troisième est qu’en terme de projet, il n’y a pas eu de progrès. La masse salariale a très peu diminué, l’age moyen de l’effectif a augmenté (de 26,6 à 27,8) avec des départs de jeunes et l’arrivée de « moins jeunes », avec un départ discutable de Cristante à 6M et une gestion à très court terme (Essien, lui, n’est pas parti, Van Ginkel est en prêt sec, Diego Lopez, Torres et Alex sont trentenaires). La quatrième est que le groupe a été « nettoyé » de nombreux perturbateurs et autres joueurs indignes de porter le maillot Rossonero.

FINI LES BAD BOYS, RETOUR DES VALEURS DA MILAN
Dès le départ, Berlusconi, Galliani et Inzaghi se sont accordés sur un principe : repartir d’un groupe sain est fondamental pour retrouver les valeurs historiques du club, de la discipline et du sérieux. A Milan, l’ère des bad boys est terminée. Cet été, Galliani et Inzaghi l’ont plusieurs fois répété « On recrute d’abord l’homme ensuite le joueur« .

Le départ de Balotelli et la décision de ne pas acheter Taarabt en sont les deux plus grandes preuves. A l’inverse des arrivées de Torres et Bonaventura, deux professionnels exemplaires. Quant à Niang, il a fait la promesse à Galliani de changer et a été irréprochable tout au long de la préparation. A Milanello, l’air est plus frais, plus propre, avec un groupe sain et uni, guidé par Super Pippo Inzaghi. Tout le contraire de l’anarchie de la fin de l’ère Allegri et la courte gestion de Seedorf. L’AC Milan a définitivement tourné la page et repart sur de bonnes bases. Entre renforts ciblés, nettoyage et retour à la discipline et la cohésion à tous les niveaux… Milan a-t-il trouvé la bonne recette?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Passionacmilan 14513 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines