Magazine Sport

Et de 5 au compteur!

Publié le 09 septembre 2014 par Thepinkrunner @thepinkrunner

Anne n’avait pas encore publié de récit sur le blog, alors quoi de mieux pour commencer que son superbe exploit au half triathlon de Vichy!

LE CONTEXTE

Bon, pour tout situer, on va dire que ce n’est pas facile ces dernières semaines : la ligue, le boulot, la famille et le training ça prend quand même du temps.

Ça donne un jonglage perpétuel entre mes différentes vies :

Photo_1 (2)

Ça fait marrer les collègues

…arriver au bureau en talons aiguilles avec ses affaires de piscine à la main pour les faire sécher pour la 2ème séance du soir. Mais ça passe quand même !!!

Concernant ma saison, mon mari a préparé Nice au 1er semestre, la 2ème partie de l’année était donc pour moi !! (c’est ça la parité). En juin, j’ai juste pu effectuer le S de Sireuil (j’adore cette épreuve) mais sans bcp d’entrainement. J’ai attaqué ma prépa juste après Nice… on va dire que niveau prépa, il y a mieux.

LES JOURS AVANT LA COURSE

J’ai suivi un super plan, bien équilibré, qui m’a permis de gérer mon planning assez chargé avec le triathlon. Tout c’est bien passé jusqu’au moment où je me suis dit « j’ai fait une belle prépa, il ne m’est rien arrivé, je suis contente ». C’était pile après cette séance de piste !!!

Photo_2 (2)

Vous connaissez peut-être ce moment où l’on prend conscience que tout va bien et que c’est étonnant, même anormal… Arf, une semaine après – la plénitude était trop belle-, 1ère piqure de guêpe au genou. C’était pas jojo, il a fallu compter avec de la fièvre, des antibios. Quinze jours avant Vichy, ça peut encore passer.

Le hic, c’est que 1 semaine, jour pour jour après cette première piqure, une autre guêpe m’a piquée au tendon d’achille de la même jambe sauf que là on est à 1 semaine de Vichy. Ça a rapidement commencé à empirer : cheville gonflée, noire, suintante… bref, un truc pas très ragoutant, douloureux et surtout inquiétant. Ma première visite de Vichy fut celle des urgences de l’hopital dès le dimanche soir.

Photo_3 (2)

Pour les sportifs : je ne sais pas si vous connaissez cela, mais parfois les non-sportifs sont ravis de vous dire que « le sport est dangereux pour la santé, que ça tue… » ou d’autres conneries comme ça. Et bien j’ai eu le droit à la jubilation du médecin (le mec qui ne fait jamais de sport – ça se voit tout de suite) qui vous annonce que votre triathlon « c’est mort ». Heureusement qu’une adorable interne m’a dit que tout n’était pas perdu, qu’il fallait surveiller le noir, que ça croute (c’est glamour à souhait)… bref, j’ai passé ma semaine sans savoir ce qu’il allait en être jusqu’à jeudi, jour où je me suis dit que j’allais le faire.

Il y a des choses bien plus graves dans la vie, le triathlon n’est qu’un « jeu » mais quand même c’est dommage de se faire shooter 2 mois de prépa, un déplacement familial et une course par une guêpe.

Donc me voici avec les filles du clubs, affutées comme des « Laguioles » (moi je suis plutôt du genre Opinel : c’est plus rond) motivées à fond les manettes. Supers moments partagés, une ville de Vichy magnifique idéale pour les activités avec enfants, une piscine TOP TOP TOP.

Photo_4 (3)

Mes objectifs étaient les suivants : 45 min natation, 27/28 km/h vélo et 2h30 au pire en CAP. Pourquoi cette stratégie à vélo : comme je suis une tortue en CAP, je me suis dit que si je m’économisais un peu sur le bike je pourrais donner plus à pied sachant qu’il fallait éviter les frottements de la chaussure et de la puce sur la blessure.

Puis alors que je faisais mes sacs, mes calculs métaphysiques pour jongler avec les barrières horaires ont commencé (ça il y a bcp de triathlètes qui ne connaissent pas, mais pour les gens comme moi, c’est un bon moyen de se mettre une pression supplémentaire).

Photo_5 (3)

J-1

La 2730, c’est moi !!

Photo_6

Le matin, départ de l’IM : de la super musique, bien mieux que Nice 2014 (c’était mieux Nice avec la Stephane Garcia’s touch) une très très bonne ambiance… bref c’est déjà génial !!!

MA COURSE :

Natation : je suis un peu stressée mais je papote, je papote !!

On est pas belles ??

Je pars dans la seconde vague (+10 min) et surtout trop à l’écart : j’ai fait 300 m de plus sinon j’étais sur un timing de 40 min. C’est vraiment la loose mais ce n’est pas grave, c’est un truc qu’il faut que je travaille.

Photo_7

Vélo : le parcours est super agréable, très roulant (sauf sur les 30 premiers, mais c’est pas un truc de dingue). Les ravitos top (j’ai récupéré un super bidon).

Photo_8

Comme je l’écrivais plus haut, j’essaye de ne pas m’enflammer, de rouler entre 27/30 km/h pour pouvoir essayer de bien courir après.

CAP : c’est là où ça se gate… je pars sous les encouragements des copains et 1er ravito pause pipi, je m’avance pour entrer ds les WC et un mec me passe devant et entre à ma place !!! Avec les filles du ravito nous sommes outrées !!

Je vais repartir à mon rythme de tortue pour 2h34… oui je sais c’est la loose.

Je vais franchir la ligne en 6h47 avec ma petite et arriver dans les bras de Karine qui va – cerise sur le gateau – me remettre ma médaille… comme d’hab je suis toute émue, tellement étonnée d’arriver à finir ce type d’épreuve.

Moments forts, arrivée avec ma fille

PHOTO_9

Un grand moment de bonheur partagé comme on les aime non?

Partager la publication "Et de 5 au compteur!"


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Thepinkrunner 14695 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine