Magazine Beauté

« La Génération Y et la Beauté » avec Leila Rochet Podevin (Cosmetics Inspiration & Creation)

Publié le 09 septembre 2014 par Darkplanneur @darkplanneur

A l’occasion de l’ouverture du salon Beyond Beauty, nous avons rencontré Leila Rochet Podevin, de la société Cosmetics Inspiration & Creation, pour décrypter avec elle, sa fascinante étude sur les rapports entretenus par la femme Y avec la Beauté.

Darkplanneur :  » Pendant notre conversation, nous avons échangé sur le concept de « Beauty Native », quelle est votre définition du « Beauty Native  » ? 

 Leïla Rochet-Podvin : « Beauty Native«  fait écho au « Digital Native«  qui caractérise cette génération, née avec le digital et à la culture beauté plus vaste que les générations qui les ont précédé. Les raisons de cette culture sont 1/ l’éducation, puisque leurs mères les crémaient dès leur plus jeune âge 2/  leur exposition aux médias, qui les ont initié très tôt à l’importance de la beauté dans notre société d’image 3/ leur lien social, porté par la mise en scène de soi, à travers les réseaux sociaux  4/ leur mode d’information, puisque l’accès à internet qu’ils ont depuis le creux de leur main leur permet d’être constamment informé des nouveautés ou look beauté. Une génération « beauty addict » et en quête constante des dernières tendances et de bons plans.

genybeayté

 D: « Quels rapports entretiennent les « Beauty Native » avec leurs mères ? Transmission ? Confrontation ? Inspiration? »

 LRP: La relation est généralement celle de la connivence dans un contexte où la famille est souvent une valeur refuge. Des mères de la génération X, ayant généralement planifié la venue au monde de leur enfant et suivi les règles d’éducation vouées à l’épanouissement personnel, qui leur offrent un cocon de protection, de confort, d’écoute, dans un contexte économique difficile. Cette protection passe également par l’enseignement des bons gestes pour préserver sa santé, prendre soin de soi, et se protéger de certains dangers, comme celui, par exemple, des UVs. Et pour les jeunes filles, leurs Mamans étaient leurs premières sources d’inspiration à qui elles ont dérobé leur premier produit de maquillage et aujourd’hui ce sont elles qui deviennent prescriptrices et coaches.

 D: « Le visage d’une Beauty Native semble être constitué de 2 zones ? Une zone  condamnée à « faire naturelle », et l’autre lieu des expérimentations créatives ? »

LRP : Effectivement, le centre de préoccupation du teint est celui du zéro défaut, une peau parfaite sans l’ombre (visible) de la trace du maquillage. Les yeux, lèvres, ongles ou cheveux sont les zones de l’expression de soi, de son entité et souvent de sa créativité.  Une peau naturelle (mais domptée) d’un côté, et une signature créative de sa singularité de l’autre.   

D: « Le point commun de toutes les gammes de soins spécialisées Y est  la prise en charge du stress exacerbé de la cible, que révèle votre étude sur ce facteur stress Y ? »

LRP: Enfants de toutes les crises (économiques, environnementales, institutionnelles), cette génération sur-éduquée est soumise à la morosité ambiante mais en même temps doit assurer un look parfait, un « marketing de soi«  non-stop que ce soit à travers les partages sur les réseaux sociaux ou pour trouver (ou garder) un job. Et dans le domaine de la beauté, les jeunes femmes urbaines que nous avons interrogées (18-25 ans) sont soumises aux stress interne (lié à leur « lifestyle« ) et externe (lié à l’environnement – pollution, soleil,…) qui impactent la qualité de leur peau et troublent leur recherche d’afficher un teint parfait. De véritables « préoccupations de peau«  pénibles pour cette génération et que nous décryptons de façon détaillée dans notre étude.

D: « Quel rapport la femme  Y entretient-elle avec sa beauté, ses ongles? »

LRP: Les Beauty Natives sont de véritables Vernis Addicts. Le maquillage des ongles est le centre d’attention pour cette génération qui manie le smartphone du bout des doigts, et … des ongles. Le vernis à ongle est l’accessoire « must have » qui complète leur look et « booste » l’expression de leur style. C’est sans doute le segment de beauté le plus « visuel » de tous, qui fait écho à cette génération en quête de créativité, d’innovation, de fun et d’expression. Une belle manucure renvoie une image de soi branchée que ce soit dans la vie réelle ou sur les réseaux sociaux. Et les astuces pour la manucure parfaite, qu‘elle soit naturelle, stylée ou artistique se diffusent à force de hashtags sur Facebook, Instagram ou Youtube. Certaines marques l’ont bien compris et se sont positionnées, en quelques années, au top de la constellation des « nails stars«  de cette génération.

D: « Votre étude a choisi comme terrain de recherche la Corée, en quoi la K Beauty est pensée pour séduire la génération Y ? »

LRP: La Corée est devenue l’ « Innovation Hub«  de l’Asie et les initiatives originales K-Beauty imprègnent désormais le monde de la beauté (par exemple avec les BB creams). Ce pays a petit à petit construit une image de pays « tendance » et de spécialiste de la beauté (la Coréenne est la plus consommatrice au monde de produits de beauté). Les marques coréennes proposent des produits innovants, ludiques, de bonne qualité et à des prix abordables. Dans le contexte d’une jeune génération digitale pour qui les frontières ont explosé et l’accès aux produits venus d’ailleurs a été facilité par le e-shopping, les marques coréennes séduisent de plus en plus et se retrouvent souvent citées par les bloggeuses ou youtubeuses les plus influentes de cette génération. D’ailleurs, les « Concept Stores«  américains Urban Outfitters, véritables « curateurs » de marques tendances et ciblant cette génération, l’ont bien compris puisqu’ils proposent désormais des marques.

 

unnamed

Commander l’étude « #GEN NEXT- EXPLORING THE RELATION WITH BEAUTY » ici


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Darkplanneur 69696 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte