Magazine Médias

POLITIQUE > Thomas Thévenoud : défaillance fiscalement correct

Publié le 09 septembre 2014 par Fab @fabrice_gil

POLITIQUE > Thomas Thévenoud : défaillance fiscalement correct Thomas Thévenoud : défaillance fiscalement correct" border="0" title="POLITIQUE > Thomas Thévenoud : défaillance fiscalement correct" />

Photo ©Stéphane Carpentier

Jean-Christophe Cambadélis, patron du PS, a annoncé avoir convoqué l’éphémère secrétaire d’Etat Thomas Thévenoud pour "tirer les conséquences" de sa défaillance fiscale sur son mandat de député, qu’il dit vouloir garder contre l’avis d’une majorité de personnalités à gauche comme à droite.
Le Premier secrétaire a convoqué l’élu de Saône-et-Loire "pour tirer les conséquences en tant que député socialiste des révélations sur ses déclarations fiscales. Ce dernier a accepté le rendez-vous qui devrait avoir lieu mardi ou mercredi", indique le PS dans un communiqué. Thomas Thévenoud, 40 ans, avait démissionné jeudi, neuf jours seulement après la constitution du gouvernement Valls II, dans lequel il a brièvement été secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères et du Développement international, chargé du Commerce extérieur, de la promotion du Tourisme et des Français de l’étranger.
Raison de la démission: il n’a pas payé ses impôts pendants plusieurs années. Dans une mise au point le lendemain, Thomas Thévenoud avait concédé de la "négligence mais pas de la malhonnêteté", précisant avoir régularisé sa situation, impôts et pénalités dus depuis trois ans. Il avait ajouté ne pas vouloir démissionner de son mandat de député, ayant été élu "pour cinq ans" et souhaitant "mener" sa "mission jusqu’à son terme".
Théoriquement, le député peut siéger dès aujourd’hui, date du début de la session extraordinaire à l’Assemblée. N’ayant pas fait partie du gouvernement durant un mois, il n’attendra pas un mois supplémentaire, comme les autres anciens ministres, pour retrouver son siège. Mais cette perspective d’un retour au Palais-Bourbon a suscité une vive réprobation sur tout l’échiquier politique. "Il faut qu’il s’en aille" a dit la maire PS de Lille Martine Aubry. "La moindre des choses serait de retourner devant les électeurs", selon le secrétaire général de l’UMP Luc Chatel. Une démission du député PS, suivie d’une législative partielle, risquerait cependant d’entraîner la majorité, avant des textes cruciaux comme le budget 2015, dans une zone dangereuse, le groupe socialiste (SRC) disposant actuellement de 290 voix, soit la majorité absolue plus une voix.FG

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Fab 4306 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines