Magazine

Au Japon, le succès des locations où sont mortes des personnes

Publié le 09 mai 2014 par Lelelili
Au Japon, le succès des locations où sont mortes des personnes
Le Japon est, comme toute l'Asie d'ailleurs, une région de superstitions. Dans l'archipel, les lieux où les gens sont morts de façon inhabituelle (suicide, assassinat etc) sont loués à des prix beaucoup moins cher que d'habitude en raison d'un manque de demande. Cependant, les agences immobilières voient une hausse chez les personnes à la recherche spécifiquement ce genre de « chambres de la mort ». Cela peut sembler terriblement morbide, mais en général ce n'est pas d'un désir d'être proche de la mort. Au contraire, pour ceux qui peuvent mettre de côté leurs superstitions culturellement enracinées, c'est une façon d'économiser de l'argent pendant les périodes difficiles.
Les bâtiments où une mort a eu lieu, sont appelés "jiko Bukken" en japonais ou « bâtiments d'incident », un texte ambigu similaire à la "Jinshin jiko" ou « accident humain » utilisée quand quelqu'un tombe sous un train.Chizuko, le propriétaire d'une agence immobilière qui s'occupe exclusivement des bâtiments d'incidents, explique que « nous avons des techniques de nettoyage les plus avancés, et après un certain temps l'odeur et les taches disparaissent ». Mais ce n'est pas seulement les considérations pratiques qui découragent les japonais de vivre dans ces endroits . Il y a une stigmatisation culturelle qui amène les gens à sentir que le lieu est entachée et impur, et amènera le malheur dans la vie du prochain résidant. Cependant, ces jours-ci les agents immobiliers constatent que les personnes ayant moins de moyens économiques sont prêts et même impatients de vivre dans ces endroits moins chers.
Un homme de 40 ans, appelons-le Yamada , a commencé à vivre dans son appartement d'une pièce en Juin 2012. Son appartement est situé dans Shinjuku dans le centre de Tokyo et est âgé de plus de 20 ans. Pourtant, pour une telle zone centrale , son loyer est étonnamment peu cher à seulement ¥ 40,000 (391 $ US) par mois, environ la moitié du prix local moyen. La raison de ce faible taux est que le locataire précédent a été retrouvé mort dans sa chambre, mort de maladie. Yamada était au courant de cela quand il a emménagé car au Japon il y a une obligation légale de divulguer les décès qui ont eu lieu dans la propriété dans un certain laps de temps.
Selon M. Morita , un avocat spécialisé dans l'immobilier , il existe une obligation légale d'informer le locataire ou l'acheteur 5 à 7 ans après l'accident. On va jusqu'à inclure la date où le locataire est décédé, la date la découverte du corps, leur âge et leur sexe, et la raison du décès. Et pourtant, même avec tous ces détails « la moitié environ des chambres sont remplis dans le mois de la publicité ». 
Une raison pour laquelle tant de gens sont si désireux de s'installer dans ces chambres indésirables est due à un manque de logements sociaux pour les ménages à faible revenu.  Dans le Japon moderne, la certitude de louer pas cher et d'avoir un endroit pour vivre l'emporte aujourd'hui contre le risque de possibles répercussions karmiques à l'avenir. Quand on connait les superstitions et croyances des japonais, on se dit que la crise du logement au Japon est vraiment terrible. 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lelelili 260 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog