Magazine Ebusiness

La désinformation : l'arme redoutable de Google (Part I)

Publié le 22 mai 2008 par Bigmac
La désinformation : l'arme redoutable de Google (Part I)
La visibilité d'un site Web est largement assurée par sa présence dans l'index des principaux moteurs de recherche. Certaines sociétés ont pu voir leur site retiré ou déréférencé (espérons que ce ne soit pas le cas du blog BIGMAC en écrivant ces lignes) sans que toutes les raisons soient réellement connues. Google est le moteur de recherche le plus utilisé avec 65% de parts de marché selon l'institut Nielsen. Dans la course à la taille des index, les trois géants (Google, Yahoo!, et MSN) ont arrêté de compter officiellement le nombre de pages référencées depuis 2005 UN bon référencement est devenu un impératif pour toute société qui veut être présente sur le Web. La visibilité sur l'Internet d'une société dépend en bonne partie de son bon référencement. Le déréférencement volontaire ou non d'un site peut être lourd de conséquences pour une société dont le site Web est un outil commercial.
Le référencement :
Avant d'être déréférencé, il est nécessaire d'être référencé par l'index de Google. Les Googlebot (robot de référencement), parcourent en permanence le Web pour l'indexer et augmenter le nombre de pages connues. Il existe une autre méthode pour être référencé, l'"ancienne méthode", entrer soi-même l'adresse du site internet à intégrer dans la base de Google. Cette méthode, si elle a le mérité d'être efficace, n'est pas la plus rapide puisqu'il peut se passer plusieurs semaines avant que le référencement soit effectif. De plus, un référencement dans l'index ne vous assure pas forcément de figurer dans les premières pages. Une fois dans l'index, c'est là que les manipulations peut arriver et qu'un site peut se retrouver volontairement ou non déréférencé.
Le déréférencement :
Google n'a pas pour l'habitude de donner de nombreuses explications sur les raisons d'un déréférencement. Pour preuve cette déclaration de Matt Cutts, software engineer et porte-parole technique de Google datant de la fin de l'année 2004 et qui illustre bien le point de vue du moteur de recherche. "Traditionnellement, Google n'informe jamais les sites qui sont identifiés comme spammeurs". En effet, certains sites ont eu la surprise de se voir déréférencés du jour au lendemain. Les sites internet des sociétés BMW (www.bmw.de) et Ricoh (www.ricoh.de) ont fait l'objet de mesure de suppression temporaire de l'index par Google en août 2006 pour utilisation trop importante des pages satellites. En effet, les sites qui ne respectent pas les règles établies par Google risquent de se voir non référencés par le moteur de recherche. Google n'aime pas qu'on l'attaque et n'hésite pas à punir les sociétés l'ayant attaqué. Dans l'affaire contre les journaux belges francophones, Google a supprimé les journaux en question de l'index de Google actualités, comme imposé par la justice belge, mais a également supprimé les sites Web des journaux comme Le Soir, La Libre Belgique ou la Dernière Heure de l'index général. On voit dans cette décision que le pouvoir de nuisance de Google peut être important car au-delà du coup médiatique, cet événement pose le problème du libre accès au site Web. La suite des explications sur le pouvoir de nuisance de Google dans le prochain post ce week-end. En attendant, espérons que BIGMAC ne soit pas déréférencé à son tour...
Source : Ajalbert M (2007), "Le déréférencement de Google", Regards sur l'Intelligence Economique, n°19, mars-avril.

Retour à La Une de Logo Paperblog

LES COMMENTAIRES (1)

Par viveleweblibre
posté le 22 mai à 15:02
Signaler un abus

Rien de bien sérieux. Tous les sites déréférencés par Google ont cherché à tromper le moteur de recherche et donc ses utilisateurs. Si Google fournit des résultats non pertinents parce que de malhonnêtes sites l'induisent en erreur, alors Google leur donne un traitement spécial. Et tant mieux!

Pas de problème d'accès libre au Web. Google n'aime pas ceux qui pourrissent le Web, que ce soit en spammant nos bîtes mails ou en spammant ses résultats. On va bientôt s'étonner que les gentils vendeurs de viag-ras et de fausse R0lex aillent directement dans "spam".

Les journaux qui ont été écarté de l'index Google n'ont pas respecté les conditions générales qu'ils ont pourtant accepté lorsqu'ils se sont ajoutés à Google Actualités.

Rassurons-nous: Google n'a encore jamais fait d'erreur au niveau de leur neutralité. C'est certainement le meilleur défenseur du Web libre, et c'est pour ça qu'ils ont tant de part de marché (90% en France!). Je ne souhaite à personne d'utiliser Yahoo (bien plus leste que Google quand les dictatures exigent des renseigement sur les journalistes) et surtout Live Search (une boite à pub dégueulasse).

A propos de l’auteur


Bigmac 9 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines