Magazine Afrique

Foot rap et sacrifice humain au Ghana, article et dessin de Damien Glez in Jeune Afrique

Publié le 23 septembre 2014 par Busuainn_ezilebay @BusuaInn_Ezile

Ghana : 

foot, rap et sacrifice humain

lFoot rap et sacrifice humain au Ghana, article et dessin de Damien Glez in Jeune Afrique
L'oeil de Glez. © Damien GlezTrès remarqué pendant les dernières Coupes du monde, le footballeur ghanéen Asamoah Gyan n’a pas quitté les feux de l’actualité. La rumeur lui prête de sombres desseins dans une affaire de sacrifice humain supposé.Le sac de nœud médiatique qui tient en haleine les Ghanéens comporte tous les ingrédients d’un feuilleton rocambolesque : sport-roi, discipline artistique à la mode, pratiques bling-bling, rumeur de sacrifice humain, omerta familiale ou encore martyre journalistique. Au générique de ce thriller ouest-africain, se déploie un casting imparable de quatre personnalités. Le personnage central est le capitaine de l'équipe de football ghanéenne, Asamoah Gyan, largement médiatisé après les Coupes du monde sud-africaine et brésilienne, ancien attaquant du Stade rennais et actuel sociétaire du club d’Al-Aïn, à Abu Dhabi.La personnalité dont la récente trajectoire constitue la ligne dramaturgique de ce mauvais film est le rappeur Castro, de son vrai nom Theophilus Tagoe. Depuis quelques semaines, le musicien et sa fiancée Jane Bandu sont portés disparus. Des rumeurs les disent morts et les forces de l'ordre supputent même une noyade consécutive à une séance de jet ski sur le Lac Volta. Le troisième rôle du "feuilleton" est tenu par un mystérieux "prophète". Ebenezer Adarkwah Yiadom, remarqué lors de ses interventions télévisuelles, affirme qu’il en sait plus que la police sur le sort du musicien, entretenant le mystère afin de ne parler, selon lui, "qu'aux proches du rappeur, dans la sphère privée". Aussitôt que le "révérend" s’est exprimé, les rumeurs ont redoublé de vigueur.
Foot rap et sacrifice humain au Ghana, article et dessin de Damien Glez in Jeune AfriqueIl se trouve que Castro était en vacances avec Asamoah Gyan, à la station balnéaire de Ada, quand il a été vu pour la dernière fois. Le rappeur, le prophète et le footballeur constitueraient-ils le trio infernal d’une affaire de sacrifice humain ? L’un aurait-il été sacrifié au su du second, pour que le troisième accède à une fortune plus confortable ? La supposition ferait sourire si un journaliste du Daily Graphic ne s’y était pas attardé. Et voilà le quatrième protagoniste du feuilleton…
Au Ghana, football et magie noire semblent faire bon ménage.

Cliquez ici pour lire la suite de cet article sur Jeune Afrique 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Busuainn_ezilebay 3734 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines