Magazine Poésie

Rapide rappel: ruez-vous vers rien!

Par Guimond

La vision matraquée sur tous les fronts Une bible futuriste en furie montre son monde Post-apocalyptique à l’Est du cinéma d’État Juste après le téléjournal d’une planète Loin de chez-nous pas dans ma cour saloperie! Qui nous fourre sa langue au creux de l’esprit L’intelligence artificielle a remplacé La masturbation intellectuelle des grands Toujours mal-chaussée créature De vos pieds par devant devenu nains avant Que le reste du corps ne suive la mutation Et on vous prépare pour des scénarios Pour le moins traumatisants sans suggérer La moindre solution! Les humanoïdes des villes sous-terriennes Continueront d’affluer vers la surface De belles filles un peu weird Nous ferons du yoga dans la face Ok! Same shit new day, ou quoi?! Qui de neuf?! Faudra-t-il vous l’épeler?? Bin dis-donc ça parle: "Elles s’introduiront d’urgence De plus en plus haut dans l’échelle De la corruption étatique Pour contrebalancer la psychopathie Et tomberont toujours moins loin Marathoniennes d’insoumission" Répondit la robote de série C -"Fucked up de leçon for nous" D’entériner notre boss: Shaffft! Et de poursuivre: "…cette humaine condition Pique pique le poison Danse danse avec moi le ‘bacon':(faisant la syncope métaphotrique à l’aide des deux mains) Mixons la pure à la cure (un robot de cuisine apparâit projeté en 3D HDD sur le plateau révélé) Maraudeur sur bon coup Ou vampire dans mon cou" Et au bord de la frénésie La foule enterine avec lui Le reste de sa chanson-hymne: "J’injecte ma ration de radium… Yo!! Full fluorescent Monsieur curieux Enferme-nous maintenant Ensemble dans la centrale Des molécules de demain Armées au drapeau blanc De ton idée de la fin… Shit que j’ai hâte que ça pète Que le monde un flot continu De révélations me submerge!" Comme les cocktails Molotov Aujourd’hui nous visiterons un Musée On mangera aussi son poison quotidien Jetant le sort à ceux qui ont moins On sauvera les meubles au lieu du lien Fugitif en chaloupe de ruisseau Cannibale dans une parade Je snifferai une pilule écrasée À la va-vite dans les wc Une qui me dissout Cent pourcent en tireur fou Dans la foule de ton souvenir Mal revissé à l’embouchure Les yeux bandés plein gaz Vers le mur qui nous sépare Pourvu que le monde soit rond Faute d’arrêter toute c’te merde De tonitruer je me réparerai Tous feux sur l’accident Heureusement pas le mien Pas même le tien tant pis D’autant qu’elle le hurle Fort au bout de ma nuit La tête en bas j’appuie Sur la singularité réparatrice La cicatrice d’une alliance Sur la lumière que l’on tire Pour qu’elle éclate entre nous C’est agrippés à rien qui ressemble À de la fin en soi ni même un début Que nous touchons à l’union, enfin Caressant l’impossible En avant la cornemuse!! (rappel du 2 février, en cornemusique celte, go Tribe go!!…)

DanleMiel, Longueuil
Série: Roulement de tambours 1 Frontalefiction


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Guimond 492 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines