Magazine Société

La grève à Air France : vous y comprenez quelque chose ?

Publié le 25 septembre 2014 par Toulouseweb

On a beau suivre minute par minute ce conflit ŕ Air France, on est parfois interloqué par les derniers épisodes en cours. Au 10eme jour de grčve mercredi, nous avons entendu avec étonnement, le secrétaire d'Etat aux transports affirmer que le projet de Transavia Europe était abandonné et quelques minutes aprčs le porte-parole de la direction de la compagnie expliquait que pas du tout. Le projet de Transavia Europe continuait de faire l'objet d'une négociation avec les syndicats de pilotes avec une obligation de conclure sous 3mois.
Bigre ! Un tel couac gouvernemental pose quand męme quelques questions ŕ savoir : est-ce que Alexandre de Juniac a été lâché par le gouvernement ? Pas facile ŕ dire, en tous cas le premier ministre Manuel Valls a simplement indiqué qu'il fallait en finir vite avec cette grčve. Ce qui est incontestable c'est que le gouvernement met la pression sur la direction d'Air France.
Autre question : Alexandre de Juniac dont chacun avait remarqué le sans fautes dans ses précédentes négociations (8 000 personnes sont sorties de l'entreprise sans faire de vague), de Juniac a-t-il été naďf en entrant dans la discussion avec les pilotes ? N'a-t-il pas compris que ceux-ci étaient les seigneurs de la compagnie et que sans le dire, ils étaient les représentants des derniers corporatismes français ?
Ce que l'opinion a eu du mal ŕ comprendre c'est qu'il y avait en fait 2 sujets dans le débat : Transavia France et la future Transavia Europe, la seule qui intéressait Air France. Alexandre de Juniac a eu bien du mérite d'accepter des directs dans toutes les radios et les télévisions sans que nos confrčres intervieweurs aient vraiment compris cette dualité.
Ce qu'il faut dire avec force c'est que Transavia France n'est pas une véritable low cost puisque les pilotes, détachés d'Air France ou recrutés en propre, gagnent sensiblement le męme salaire que s'ils étaient pilotes ŕ Air France. On leur demande seulement de voler plus. D'ailleurs Transavia France qui transporte de plus en plus de passagers n'est toujours pas parvenu ŕ faire des bénéfices depuis 2007, date de sa naissance.
D'oů la volonté de la direction d'Air France KLM de lancer une vraie low cost avec des bases en Europe : Porto, Lisbonne et Munich devant ouvrir le bal avec des pilotes recrutés localement et payés moins cher qu'ŕ Air France. C'en était trop pour les syndicalistes du SNPL qui ont parlé de délocalisation en Europe et de dumping social.
On le voit, la grčve a déjŕ coűté 200 millions d'euros ŕ lacompagnie sans compter les pertes dans les compagnies sous-traitantes aéroportuaires et dans les boutiques des aéroports. Quelque 600 personnes ont manifesté contre la grčve hier ŕ Roissy principalement des personnels au sol et quelques pilotes non syndiqués. L' un d'entre eux a męme déclaré Ť Je ne comprends pas qu'on fasse grčve contre la croissance ť et un autre a renchéri : Ť Le contrat unique c'est un déni de la réalité du low cost ť. Et puis, sur le coup de 21 heures arrive le communiqué couperet. Air France annonce officiellement qu'elle renonce ŕ son projet de Transavia Europe ! Alain Vidalčs a gagné. Pour les dirigeantsde la compagnie, cela ressemble ŕ une reddition en rase campagne.
Apparemment la cogestion reste le mode de fonctionnement chez Air France.La compagnie est divisée pour longtemps avec d'un côté les nantis,les pilotes et de l'autre le Ť petit ť personnel. Ryanair et Easyjet boivent du petit lait. Ryanair a confirmé dans la foulée qu'elle achetait 150 Boeing de plus et qu'elle était pręte ŕ prendre d'ici 10 ans 80% du trafic low cost en Europe. Cela se fera sans doute sans Air France ŕ qui il restera les lignes internationales et le haut de gamme.
Et aux derničres nouvelles, le SNPL ne veut toujours pas reprendre le travail..ces Messieurs qui ont gagné en veulent encore plus ! Je demandais en commençant cette chronique. "Vous y comprenez quelquechose dans le conflit d'Air France". En fait je viens de comprendre qu'il s’agit d'un joli gâchis et que reste la question pendante: la compagnie peut elle continuer de perdre des centaines de millions d 'euros sur son réseau court moyen courrier; C'est une vraie question !
La chronique aeromorning.com de Gérard Jouany

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Toulouseweb 7297 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine