Magazine Humeur

Il paraîtrait...

Publié le 02 octobre 2014 par Ericguillotte
jeudi 2 octobre 2014

- que le projet de loi sur la transition énergétique a été présenté mercredi à l'Assemblée nationale par la ministre de l’Écologie Ségolène Royal. Transition énergétique, ça vous parle ? Jetons-y une pupille, un iris, une cornée, une humeur aqueuse, un cristallin, une rétine, enfin bref, un œil. L’objectif est d’alléger la facture énergétique des Français en passant par la rénovation énergétique des bâtiments, mais aussi par des incitations à rouler dans des véhicules plus propres et plus sobres. Biiiien ! Très bien. Donc, on fait des travaux ruineux dans sa maison, on achète une voiture électrique dont le coût est plus élevé que le véhicule qu’on possède, et ensuite, ô joie, on se félicite, on se régale, on se congratule, on organise des fêtes géantes, pour danser autour de nos factures énergétiques réduites. C’est ça ou j’abuse ? Caricature : description, le plus souvent schématique, mettant exagérément l'accent, dans une intention plaisante ou satirique, sur des traits jugés caractéristiques.
- que l'état américain vient de voter une loi sur le consentement sexuel. Oui voudrait dire oui, semblerait-il. Selon ce texte, les partenaires sexuels doivent donner leur accord explicite, conscient et volontaire avant toute relation sexuelle. L’accord explicite ne peut être donné par quelqu’un d’endormi, d’inconscient, ou s’il ou si elle est sous l’influence de drogues, d’alcool ou de médicaments. Une loi était donc nécessaire, bien entendu, bien évidemment, ça tombe même lourdement sous le sens, non ? Oui, c’est oui. Avant ça, des violeurs avaient dû oser se présenter au tribunal en arguant que la victime, endormie, inconsciente, ou sous l’influence de drogues, d’alcool ou de médicaments était consentante, et des juges avaient dû répondre, ah ok d’accord alors acquitté. En tout cas, finis, le non qui veut dire oui, le regard qui invite, le sexe sans mot dire, ou les jeux avec des bâillons qui empêcheraient formulation audible du oui. Caricature : description, le plus souvent schématique, mettant exagérément l'accent, dans une intention plaisante ou satirique, sur des traits jugés caractéristiques.
- que les langues peuvent être une barrière entre les peuples. Depuis le temps, on eut pu en inventer une définitivement universelle. Mais non. Les différents peuples ont dû avoir peur de perdre leur langue propre, et beaucoup ont disparu, mais on eut pu inventer une langue terrestre commune et garder les idiomes. Les onomatopées nous rapprochent-elles ? Ce pourrait être un début ! Clap clap clap, en français, comme en anglais, désigne les applaudissements. Youpi ! Hourra ! Oui, mais c’est stah stah stah en arabe, jjag jjag jjag en coréen et tlesk tlesk tlesk en tchèque. On a pourtant tellement de traits communs, nous les humains, y compris le sommeil auquel aucun de nous n'échappe : gu gu, zzzzzz, hurrrrr, chrrrr, ron pchi, kho kho, pour le ronflement à retrouver dans le désordre chez les polonais, vietnamiens, français, japonais, anglais, ou bulgares. Ne me dites pas que notre seul son commun est le ahhhhh de peur, de terreur ou d'effroi ? Caricature : description, le plus souvent schématique, mettant exagérément l'accent, dans une intention plaisante ou satirique, sur des traits jugés caractéristiques.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ericguillotte 741 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines