Magazine Formation

André Antibi, crème pédago-démago

Publié le 06 octobre 2014 par Soseducation

Chercheur es didac­tique, André Antibi vient de publier un livre sur les ver­tus de l’évaluation « par contrat de confiance ».

Selon lui, les enseignants sont des inconscients manipulés :

« …en France, les ensei­gnants se sentent obli­gés, sous la pres­sion de la société, de mettre des mau­vaises notes. De manière incons­ciente, ils pré­servent un pour­cen­tage d’échec dans une classe. » 

Heureusement pour les professeurs, M. Antibi a eu une révélation :

« Et puis j’ai eu un déclic, macabre lui aussi : je me suis rendu compte que je fai­sais mal mon métier. »

LA solution miracle :

« On ne donne pas le sujet à l’avance, mais on ne cherche pas à prendre l’élève au dépourvu. »

Faut-il comprendre que les professeurs cherchaient (inconsciemment, Bourdieu !) à mettre l’élève en difficulté ? Venait-il à l’idée des professeurs de surprendre les élèves sans leur dire sur quoi ils allaient être interrogés ? Les professeurs d’histoire géographie n’interrogent donc jamais les élèves sur la période qu’ils viennent d’apprendre ? Monsieur Antibi, avant sa révélation, donnait-il des sujets sans rapport avec le programme ?

Sérieusement…

Qu’il existe des pressions sur les professeurs, c’est un fait. Et ce livre en est une bien macabre.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Soseducation 4729 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine