Magazine Sport

Via Lusitania, étape 5, les surprises du chemin.

Publié le 06 octobre 2014 par Sylvainbazin

En partant ce matin,  je pensais effectuer une petite étape d'à peine 30 kilomètres   Pas tellement parce que je me sens fatigué, mais pour des raisons de possibilités d'hébergement sur le parcours.

Finalement, je me suis bien arrêté à Ansiao comme prévu, mais après après avoir arpenter plutôt 45 kilomètres. Le chemin m'avait réserver une surprise: après une douzaine de bornes semblables à celles décrites dans mon guide, j'ai naturellement suivi un balisage très bien fait et régulier qui m'a fait suivre, au lieu du parcours prévu un autre itinéraire.
Je me suis vite aperçu de ce changement mais comme les petits sentiers que ce balisage -qui semble tout à fait officiel - m'apparaissaient bien plus agréables que la route nationale évoquée dans le livre, je me suis vite décidé à ne suivre que les flèches jaunes. Une bonne surprise donc, mais qui m'a en revanche beaucoup rallongé la distance. Un peu plus de fatigue sans doute,  mais du plaisir aussi.
Le début de l'étape n'était cependant pas désagréable.  Je sillonne une petite route qui circule à travers une calme campagne de dimanche matin. Cette ambiance me ramène à des souvenirs d'une autre époque de la vie sportive, celle où jecumais les petites courses sur route dans les campagnes d'île de France.  Une belle époque,  où j'aimais cette course à pied réellement populaire, sans trop de fard et de course à l'équipement ou au spectacle. Je cherchais déjà mes limites,  d'une autre façon. Il m'arrivait ainsi d'enchaîner plusieurs épreuves dans le weekend,  en tentant de faire au mieux,  et même de les gagner. J'étais relativement performant à ce jeu là,  surtout jusqu'en 2004. Dix ans déjà.  A ce moment débutait en effet par moi une autre période,  moins favorable à l'investissement sportif. Je devenais un tout jeune conservateur de bibliothèque en poste. A 25 ans je dirigeais une quinzaine de bibliothécaires,  bien plus âgés que moi pour la plupart. Je crois que je ne m'en sortais pas mal. Cette expérience fut intéressante mais, pourtant nommé à un poste plus tranquille bien que plus prestigieux, je décidais six ans plus tard de me lancer totalement dans l'aventure du journalisme. Un peu comme aujourd'hui,  je suis un nouveau chemin, avec l'incertitude de ce que je vais trouver mais qui me semble plus intéressant.
Et il l'est. Aujourd'hui en tous cas.  Les petits sentiers m'en traînent au coeur de la petite sierra. Le paysage est très agréable.  J'ai mis un peu de musique pour rythmer mes pas car je me suis vite aperçu aussi que la marche sera plus longue et plus vallonnée. Pas de village en vue, ou presque, avant de financement pénétrer dans la ville d'Almacestre,  où je trouve un restaurant "self service" où l'on me sert une bonne part de poulet grillé.  Les serveuses me renseignent: oui le chemin va bien ensuite vers Ansiao,  il me reste 20 kilomètres.
Ils seront encore très agréables.  Une belle partie de campagne ou je ne croise que peu d'habitants dans des petits hameaux isolés mais plutôt coquets.
Je ne peux pas dire non plus qu'il n'y ait pas un chat: j'en croisé même beaucoup, qui me regardent passé tranquillement. Les chiens sont bien plus embêtant: quand ils sont attachés, je peux let expliquer que si ils étaient moins méchants, peut être ne le seraient ils pas, ce qui a pour effet de redoubler leur colère.  Le souci est que ceux quiqui le sont pas ne sont pas plus aimables . Je dois user de mes bâtons pour ne pas me faire mordre et pour suivre mon chemin à plusieurs reprises,  particulièrement avec deux furieux, heureusement pas trop gros,  dans un petit hameau.
J'arrive ainsi jusqu a Ansiao.
Le restaurant de l'hôtel,  dont je suis le seul et unique client ce soir,  est fermé.  Comme l'établissement est un peu hors ville, je retourne vers le centre pour chercher un lieu de restauration mais dois me contenter d'une pâtisserie puis de faire quelques courses à la supérette du coin. Seuls quelques "bars à foot" sont ouverts, nous sommes dimanche soir. A soirée sera donc beaucoup plus solitaire que les précédentes mais il me faut bien récupérer pour aborder la longue étape qui me mènera demain à Coimbra.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sylvainbazin 13085 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines