Magazine Société

Moscovici, l’ex-futur commissaire ?

Publié le 07 octobre 2014 par H16

Dans le secteur privé, concurrentiel, capitaliste, sans foi ni loi ni merci ni pardon ni excusez-moi, le fait d’être incompétent dans un domaine d’activité oblige assez souvent l’individu à une profonde remise en question, un changement d’orientation, de mode de vie ou de comportements. En politique française, le jeu des connivences, des renvois d’ascenseurs et des compromissions croisées permet aux plus retors de toujours s’en sortir. C’est probablement une des raisons pour laquelle Thomas Thévenoud est toujours député, ou que Pierre Moscovici est encore candidat pour devenir Commissaire européen. Aux affaires économiques, en plus.

Tout avait pourtant si bien commencé. À la suite de l’élection hollandiste en mai 2012, le petit Pierre avait été propulsé ministre de l’Économie et des Finances après n’avoir particulièrement brillé ni en économie, ni en finance, ce qui était un gage de solidité évidente. Les deux ans qui suivirent furent, comme on pouvait s’y attendre, étincelants.

mosco tranquille
Dès son arrivée, le gentil Pierre explique son objectif, qui est de réduire la dette, renforcer la compétitivité de la France, mener des réformes de structure pour l’économie française et une poule au pot tous les dimanches pour chaque foyer français. Las. La méchante conjoncture économique ne lui laisse qu’assez peu de marges de manœuvre, l’obligeant à bricoler des mesures économiques confuses dont la médiatisation, mal bigornée, aura ajouté à l’impression de surplace hésitant de son ministère pendant les deux ans de son passage.

Il n’a certes pas été aidé. Toute l’équipe de François, baignée de certitudes keynésiennes et d’une vision de l’économie comme on n’en fait plus depuis au moins vingt ans dans le monde réel, avait parié sur un retournement de cycle avec un retour plus ou moins tonitruant de la croissance passé les premiers mois de surplace que l’arrivée de la gauche au pouvoir entrainerait immanquablement.

moscovici est un grand sensible
Le retournement n’eut jamais lieu. Entre le niveau du chômage qui n’a pas arrêté de grimper, les indices industriels, commerciaux ou manufacturiers d’une mollesse quasi-présidentielle, la croissance qui aura eu toutes les peines du monde à dépasser le symbolique 1%, difficile de trouver-là les signes d’une reprise ou d’un décollage quelconque que la politique économique du gouvernement (et du ministère de Moscovici) auraient permis. Quant aux hausses d’impôts de plus en plus violentes et irritantes, le patron de Bercy de l’époque a su mobiliser toute son attention pour faire comprendre aux Français que leurs petits mouvements d’humeur ne devaient pas cacher l’objectif final, celui d’une France redressée, économiquement viable, avec du peps et de la joie de vivre.

À ce triste constat, il a fallu ajouter bien vite celui de déficits publics creusés bien au-delà des prévisions et des chiffres proposés officiellement. C’est d’ailleurs avec une certaine consternation qu’on a pu voir le pauvre Pierre insister de plus en plus lourdement sur sa capacité à tenir ses engagements. En 2012, il clamait urbi & orbi que le déficit prévu pour 2013 ne dépasserait pas les 3%, pas même d’un dixième de pourcentage. Le chiffre constaté fut de 4,3%, un dérapage de plus d’un tiers. En 2013, chaque prévision de déficit fut scrupuleusement enterrée pour être largement dépassée. Rapidement, il est devenu clair qu’on devait abandonner tout espoir d’atteindre l’objectif d’un déficit ramené à 3% grâce à la solide expérience des ministres hollandistes et à la direction ferme d’un président solide et cohérent.

moscovici et le déficit

Parallèlement à ces prouesses économiques, reconnaissons à Pierre Moscovici un certain talent pour avoir gardé son sang-froid alors que les péripéties périphériques à son ministère s’entassaient, à commencer par l’affaire Cahuzac dans laquelle il fit la preuve qu’on peut très bien être un ministre de l’économie sans être au courant de rien du tout. Voilà qui, au moins, ne désespèrera pas Billancourt et représentera un véritable espoir à tous les déçus du système scolaire traditionnel basé sur le mérite et le travail ; à ceux-là, Pierre semble adresser un message clair : engagez-vous en politique, flattez les égos, tissez des relations avec les bonnes personnes, huilez les bons rouages et vous obtiendrez plus que vous ne pouvez l’imaginer, même si aucun résultat ne peut être mis à votre crédit…

Et c’est donc auréolé de ces succès pour le moins flamboyants que, débarqué sans fleur ni couronne du gouvernement Ayrault II et pas repris par l’équipe suivante, Pierre aura été « proposé » par François pour devenir Commissaire européen. En toute honnêteté, disons plutôt que Pierre aura fait des pieds et des mains auprès de François pour obtenir cette sinécure, tant l’idée même de redevenir simple député, loin du pouvoir, devait insupporter l’ex-ministre.

Proposé à un petit portefeuille pas trop voyant (comme l’économie numérique, la coopération internationale ou la reproduction des escargots par temps de pluie), il aurait été parfaitement à sa place : pas follement compétent, globalement inutile, grignotant un petit budget et attendant, en pente douce, une retraite de privilégié du système politique. Malheureusement, un ex-ministre français ne pouvait pas se contenter d’aussi peu. Son dossier fut donc placé en haut de la pile concernant … les Affaires Économiques. Reconnaissons ici une paire de gonades solides de la part du président Hollande, ou une solide dose d’inconscience, ou, plutôt, un cynisme en béton armé : tenter de convaincre nos partenaires européens que celui qui aura démontré, pendant deux ans, son incapacité à réformer quoi que ce soit, et à tenir la moindre promesse économique, serait le mieux placé pour jouer le gendarme sur ces mêmes questions, cela relève de la gageure.

C’est un tel défi que c’en est louche. Devant passer un entretien devant les députés européens, le commissaire-désigné Moscovici n’aura absolument pas brillé. La presse française, timide, se sera contentée de remarquer que l’ex-ministre avait été à la peine devant un parterre de députés pas particulièrement amènes. La réalité, plus crue, est qu’il aura été questionné trois heures durant, plusieurs fois (une dizaine en tout) sur le même sujet, à savoir sur sa crédibilité à devoir faire respecter des contraintes économiques alors qu’en tant que ministre, il en avait été totalement incapable. Et le problème est d’autant plus aigu qu’il ne s’agit pas ici ni de nationalité, ni de convictions politiques, mais tout simplement de crédibilité et de confiance.

Personne n’a confiance dans un type qui tente maladroitement de ménager la chèvre bruxelloise des contraintes budgétaires et le choux français de l’absence totale de rigueur et d’équilibre budgétaire. Personne ne peut réellement avoir confiance dans un type qui a trempé dans une histoire louche de fonds en Suisse puis à Singapour, qui prétendait n’avoir aucune connaissance d’un dossier qui aurait naturellement dû lui remonter aux oreilles de par la charge qu’il occupait justement à ce moment là. Personne ne peut réellement avoir confiance dans un type qui fournit une déclaration d’intérêts d’une légèreté diaphane à Paris et fort détaillée à Bruxelles.

En outre (pas de pot pour le pauvre Pierre), sa candidature déboule sur la scène européenne alors qu’un commissaire du bord politique opposé (PPE), Miguel Arias Cañete, est en délicatesse : proposé comme Commissaire chargé des questions environnementales, il apparaît que l’Espagnol (ou sa famille) serait impliqué dans l’industrie pétrolière, ce qui semblerait pour le moins délicat à composer avec les exigences du portefeuille climatique. Les députés PSE (socialistes) l’ayant placé sous leurs feux, il n’était pas étonnant que les députés PPE mettent à leur tour Moscovici, l’un des commissaires les plus controversés de la nouvelle Commission, sous leurs feux croisés.

moscomissaire

Enfin, de façon encore plus délicate, le projet de loi de finances françaises pour 2015 va être présenté dans quelques jours à la Commission européenne, et prévoit d’ores et déjà que les sprinklers à pognon public ne seront toujours pas fermés, voire seront rouverts en grand. Et si l’hypothèse d’un refus de ce budget par la Commission paraissait improbable il y a quelques mois encore, il n’est maintenant plus impossible que dans les derniers jours du mandat de l’actuelle Commission Barroso, celle-ci renvoie « pour corrections » le projet de budget à Hollande. Franchement, si Hollande avait voulu se débarrasser de Moscovici en le cramant à cœur, il n’aurait probablement pas eu besoin de procéder autrement…

Dans ces conditions, si Moscovici a bien été confirmé comme Commissaire après son second oral, on pourrait voir à l’œuvre la parfaite hypocrisie de nos élites, le petit Pierre devant assumer la gestion d’un camouflet historique au sujet d’un budget dont il fut en partie responsable, infligé à son ancien patron. Et bien évidemment, s’il n’est pas confirmé comme Commissaire, on voit mal la présidence française prendre ce refus comme autre chose qu’un camouflet.

La diplomatie devant jouer de tous les côtés, nous assisterons plus probablement à un dégonflement des députés européens et à un compromis médiocre. Moscovici pourra commencer son mandat, ce qui sera un peu moins piteux qu’un retour bredouille en France. Et, toujours pour des raisons diplomatiques, il est probable qu’il n’aura pas besoin de gérer directement la délicate situation d’un « retoquage » tonitruant du budget français.

Comme quoi, en politique en général et en politique française en particulier, l’incompétence n’est absolument pas un obstacle à une carrière riche et prospère.

Moscovici, l’ex-futur commissaire ?

J'accepte les Bitcoins !

14MqYWwMuKoLBsBQN43CYL7hrvTw2N4m9H

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Powered by Bitcoin Tips

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


H16 228885 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine