Magazine Science & vie

195 – la citadelle scientifique

Publié le 07 octobre 2014 par Jeanjacques

La fragmentation du savoir en une infinité de disciplines a engendré ceci comme conséquence que chacune d’entre elles se veut maîtresse et propriétaire de son domaine. Les corps ainsi constitués sont désormais juges et parties de ce qu’ils estiment bons et pertinent pour eux, et peuvent élire ou refuser leurs membres au moyens de rites de passage et d’appartenance. Ils disposent surtout du pouvoir de dire le vrai selon des modes de preuves et un langage qu’ils définissent eux-mêmes. Ils referment ainsi à double tour la citadelle en rendant impossible la pénétration de toute vérité ou corps étrangers à l’institution.

En ce sens, la science puisque pratiquée par des hommes, ne tranche pas véritablement quant à son fonctionnement sur celui des groupes de la même espèce où règnent jalousies, haines, ségrégation, népotisme et volonté de puissance. Surtout s’y applique une loi quasi physique de la nature selon laquelle tout individu qui ne rencontre pas d’opposition tend à user jusqu’à l’extrême de sa force.

On aura compris qu’il ne se rencontre pas dans les sciences de contre-pouvoirs « internes » autres que ceux de la finance qui autorisent ou interdisent certaines recherches.(Cependant quelques garde-fous « externes » existent quant aux applications par exemple en génétique voire dans le domaine nucléaire.)

Mais pour l’essentiel, chaque discipline est régulée par son « ordre » à la tête duquel implicitement se trouvent quelques mandarins de haute valeur reconnus par l’ensemble des membres de la caste. Ceci dans l’univers sociétal serait tout à fait normal si cet enfermement ne comportait pas un réel danger : celui de reproduire circulairement le paradigme fondateur en interdisant toute rupture novatrice.

Il en va ainsi dans la science physique dont nous avons longuement montré qu’elle connait aujourd’hui une grave crise des fondements. La question se pose dès lors de son extériorité, de la nécessité d’en sortir, de déplacer le mode d’approche qui ne saurait s’opérer selon celui que cette science use et abuse quotidiennement.

Cette discipline extérieure à la physique est le savoir philosophique dont la particularité est de se présenter comme activité de synthèse des connaissances fragmentées. En effet, à l’unité de l’action humaine doit correspondre une discipline unificatrice qui a vocation au rassemblement, au dialogue, au rapprochement entre l’épars et le divers. Outre cette fonction unificatrice, la philosophie a pour mission de se prononcer sur les concepts qui n’appartiennent pas en propre à une discipline données, mais sur la base desquels un savoir spécialisé peut s’ériger.

Il en est ainsi par exemple en physique des notions d’espace et de temps, de mouvement, de distance, de vitesse, de masse, de matière etc…qui toutes exigent une définition préalable ne dépendant pas de l’exercice direct de cette science. Il en va de même d’un certain nombre de lois et de principes fondateurs relevant du domaine de l’élaboration rationnelle et qui sont exigés comme fondements des hypothèses et opérations mathématiques.

En définitive, et pour conclure, si à l’origine des temps grecques la physique participa à la naissance de la philosophie, aujourd’hui il appartient à celle-ci de payer sa dette ancienne en contribuant au renouveau de cette science.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jeanjacques 37 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine