Magazine Humanitaire

Ebola : des actions puissantes et coordonnées sont immédiatement nécessaires pour sauver des vies

Publié le 07 octobre 2014 par Cmasson

Cette crise est aujourd’hui d’une "ampleur sans précédent" car elle a été trop longtemps sous estimée. De plus, une réponse lente, la faible coordination et le manque de préparation des zones initialement épargnées ont exacerbé des crises sanitaires et socio-économiques dans les trois pays.

Les Nations Unis, comprenant que l‘épidémie menace désormais la paix et la sécurité internationale déploient une mission en charge du traitement des personnes infectées, des services de première nécessite et de la stabilisation de la région dans le but de freiner l’épidémie. En Guinée, au Libéria et en Sierra Leone, les autorités ont en effet du mal à contenir la propagation de la maladie, notamment à cause de l’impuissance des systèmes de santé et de l’escalade de la peur au sein de la population et du personnel médical.

ACF se félicite que la communauté internationale ait récemment pris des engagements pour résoudre la crise et soutenir les gouvernements des trois pays les plus touchés et elle demande :

  • Les agences des Nations Unies et les intervenants humanitaires à respecter et l’améliorer les mécanismes de coordination en place.
  • Les gouvernements, les agences des Nations Unies et les donateurs à veiller à ce que les organisations non gouvernementales (ONG) soient représentées dans la coordination des soins et la mise en place de la réponse.
  • Les donateurs et les États membres à accroître leur soutien à la réponse d’urgence et à accélérer le processus de financement
  • Les gouvernements, les donateurs, les agences des Nations Unies et tous les acteurs humanitaires à s'assurer que la réponse médicale soit complétée par des actions de prévention qui limitent la propagation immédiate de l’épidémie et ses effets (mobilisation communautaire, formations, sensibilisations ciblées, accompagnements des familles ou personnes susceptibles d’avoir été infecté, surveillance de la sécurité alimentaire, soutien au système de santé, suivi de la détresse psycho-sociale…)
  • Les bailleurs de fonds à donner immédiatement et en priorité des fonds aux acteurs opérationnels afin de mettre en place d’une réponse puissante sans délai.
  • Les gouvernements, les organismes donateurs et des Nations Unies et tous les acteurs humanitaires à établir des mécanismes de transparence et de redevabilité pour s’assurer que les fonds et le matériel reçu soient bien utilisés.
  • Les gouvernements, les donateurs, les agences des Nations Unies et tous les acteurs humanitaires à s'assurer que la réponse médicale soit complétée par des activités pouvant limiter les effets de l’épidémie à moyen et à long terme

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cmasson 71342 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte