Magazine Formation

La langue française proscrite à l’Assemblée nationale

Publié le 07 octobre 2014 par Soseducation

«Madame le président». Le débat sémantique s’installe à nouveau au Palais-Bourbon. Dans la soirée de lundi, Julien Aubert, député UMP du Vaucluse, a de nouveau interpellé la présidente de la séance, Sandrine Mazetier, en débutant son propos par «madame le président» et non pas «madame la présidente».

Résultat, le parlementaire s’est sèchement fait rappeler à l’ordre au milieu des débats sur le projet de loi sur la transition énergétique, avec, en prime, une inscription au procès-verbal. Cela entraînera une sanction financière et l’élu sera privé d’un quart de son indemnité parlementaire pendant un mois, soit 1378 euros.

Rappelé plusieurs fois à l’ordre, le député a pris la parole avec un «merci madame», à l’adresse de la vice-présidente de l’Assemblée. La fois de trop, visiblement, pour Sandrine Mazetier. «Non madame ça ne va pas non plus», a-t-elle rétorqué. «Monsieur Aubert, soit vous respectez la présidence de la séance, soit il y a un problème, c’est madame LA présidente. Ou il y a un rappel à l’ordre avec inscription au procès-verbal.» «Faites un rappel à l’ordre», a alors répondu Julien Aubert. «Moi j’applique les règles de l’Académie française», s’est alors défendu le parlementaire.

Lire l’article ici.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Soseducation 4729 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine