Magazine Sport

Street casting

Publié le 13 octobre 2014 par Ziril

La semaine avait été historiquement merdique, y compris à mes standards pourtant particulièrement relevés. J’émerge du métro sur la place de la Bastille, dans l’air un peu poisseux de cet été en retard, j’engage le boulevard Henri IV, je dégouline de sueur sous mon sac trop lourd, je me sens aussi à l’aise sur le trottoir parisien qu’une truite sur le gazon pendant qu’on lui tire le portrait pour prouver quelque chose. Je soupire, allume une clope et poursuit mon chemin : dix minutes plus loin, il y a la Maison de la Mouche à la pointe de l’île Saint Louis, les quais de la Seine, et je ne suis pas là pour la balade.

Jérôme m’a rejoint entre les comptoirs aux innombrables casiers alors que je suis en train de secouer, pensif, une Scott F2 en me demandant ce qu’en diraient les chevesnes de l’Essonne près d’un certain pont de la Ferté-Alais. Lui aussi il dégouline, il revient de chez lui au pas de charge avec un gros sac sur le dos, cinq tubes en dépassent…

On n’est pas là pour la balade.

montage loop
Vingt minutes plus tard, alors que le soleil, commence à raser les toits du Quartier Latin, J et moi posons nos sacs au pied du pont de la Tournelle. La lumière est splendide, comme les jambes des filles de la capitale. On sort les cannes et les sourires. Faire voler de la soie ici, en face de Notre-Dame, entre les bateaux mouches et les appareils photos, c’est conquérir le terrain de la ville au nom de la mouche et des belles boucles. Mais on est là aussi pour tester des Loop Cross S1, dans les formats virils : deux Flatsman, en #10 et #11. J’en profite pour rééduquer mon bras, plutôt conditionné à tenir faire voler un grand bout de long belly #4. Je m’initie aux joies subtiles du patatage d’une shooting head de 11 à pointe ultra plongeante, un art qui n’est pas sans délicatesse une fois dissipée la première impression d’avoir troqué mes pointes de ballet pour des crampons de rugby.

Cerise sur le gâteau de soie, J me donne un premier cours de spey à deux mains. Les bouillons de la Seine prennent tout à coup un reflet d’Oregon, et je me rêve steelheader en passant mes premiers Snap-Ts. Cette grande tige de carbone au flex soyeux (Loop Cross S1 7122) est une cause de bonheur pour mes mains. Je perçois par intermittence la jouissance particulière du spey, les longs mouvements coulant comme une respiration très ample. Slow love.

La nuit nous chasse des quais, la soie est devenue invisible et les hommes ont soif. A l’Inévitable, c’est inévitable, Indian Pale Ale(s) et Ron Diplomático en rasades. Bien vite, il est tard et temps de reprendre le carbone en main. Le bord métaphysique de l’exercice est atteint sous le ciel orange de la capitale qui dort, qui baise, qui prend son dernier métro. En remontant la longue droite de la rue Jeanne d’Arc, on passe sous les arches de la ligne 6 du métro. L’ordre dorique sévère des piliers donne à ce rebut urbain un cachet paradoxal : temple antique à réverbères, entre l’encens et la pisse, l’asphalte, la fiente.

unconventional casting grounds

Et c’est là que, noctambules ivres et inspirés, nous formons nos prières tardives aux dieux du vent et de la danse, tutélaires jaloux de l’art de faire voler une soie.

Sortez les cannes, occupez les rues !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ziril 16870 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte