Magazine Côté Femmes

Les notes scolaires: faut pas virer fou!

Publié le 13 octobre 2014 par Lesimparfaites
Je n'aurais jamais cru dire ça un jour: les notes, c'est pas tout dans la vie.
Pourquoi? Parce que j'aimais performer, je m'en confesse. J'aimais avoir de bonnes notes, les meilleures. C'est en moi, j'imagine, car mes parents ne m'ont jamais poussé à récolter les plus hauts résultats. Et je n'avais pas difficulté donc les bonnes notes, c'était normal.
Maintenant, devenue maman, l'éducation a encore une grande importance pour moi. C'est inné, peut-être.
Mais les notes, je m'en fous beaucoup plus qu'avant (Coup de Pouce se demande la même chose: accorde-t-on trop d'importance aux notes) . J'ai compris qu'il y a plus que les simples résultats. Il y a la curiosité et le désir d'apprendre, les bases, je crois. Ça, ça ne se mesure pas vraiment sur un bulletin. On le voit plutôt au fond des yeux des enfants.
Il y a la capacité de s'exprimer, de confronter notre opinion, l'effort, la débrouillardise, l'autonomie, la capacité de s'exprimer, d'avoir des idées, d'imaginer et... le plaisir.
Le plaisir... on l'oublie donc souvent! Le plaisir d'apprendre, de se creuser la tête, de poser des questions, de faire des liens, etc. Trop souvent, on veut mesurer, quantifier, noter, évaluer, etc. Pourtant, les notes, ça ne donne pas grand chose. Surtout au primaire (faut-il le rappeler!). Qui va ressortir (ou même garder!) ses bulletins du primaire? Qu'est-ce que ça va donner quand dans 15 ans notre enfant voudra se trouver une job? Faut se calmer! L'an passé, alors que ma fille était en 5e année, je suis tombée en bas de ma chaise quand j'ai compris qu'il aurait fallu que je m'énerve pour les écoles secondaires. (Lire: 85%? C'est pas assez! Ou la folie des écoles secondaires). Euh? Non, merci! On exagère, franchement. Et c'est dans cette folie qu'on voit combien les parents ont eux-mêmes tassé le plaisir dans l'éducation au profit de la performance! C'est à les voir aller que j'ai décroché encore plus des notes. C'est à la limite épeurant de voir combien ils s’enorgueillissent du si beau bulletin de leur progéniture sans jamais s'interroger sur leurs désirs et leurs motivations. Combien de fois, j'ai entendu MissPuDeLulus me dire «Mon amie voudrait aller à la même école que moi, mais ses parents veulent qu'elle aille à telle autre». Eh bien...
Aller à l'école sans plaisir, mais avec des notes magistrales, je ne trouve pas ça remarquable. Il faut que le plaisir soit là. L'envie de retrouver sa classe, ses amis, son prof, son école, ses projets, ses défis, etc. Le plaisir, c'est aussi croire qu'on a encore à apprendre, c'est être curieux, c'est aller devant, c'est être allumé par l'équipe de basket-ball, par la chorale, par les défis sportifs, par l'harmonie, par la troupe de théâtre, etc. Il faut que quelque chose te fasse vibrer pour aimer l'école. C'est le plus bel héritage à donner aux enfants: aimer ce qu'ils font.
Bref, j'ai appris à regarder les notes autrement. Oui, je suis bien fière quand je vois un 90%. Oui, je leur dis qu'ils peuvent sûrement faire mieux quand ils ont 67%. Oui, je les aide dans leurs études. Oui, je les encourage à persévérer. Oui, je valorise beaucoup les efforts (la paresse me pue au nez, je l'avoue!). Oui, je mise sur la progression et l'amélioration. Oui, je ne supporte mal les échecs. Oui, je relativise. Oui, j'exige que les enfants fassent leurs devoirs et leurs leçons. Oui, je veux qu'ils mettent des efforts. Oui, bien sûr!
Mais je ne regarde plus juste les notes.
Ça a été un apprentissage pour moi. Mais ma plus belle récompense, c'est que je vois mes enfants "aimer" l'école et aimer apprendre. Ils partent pour l'école sans jamais rechigner, heureux, contents. Et dans ce temps-là, je sais que ça vaut plus que tous les 99% du monde.
 

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lesimparfaites 61677 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine