Magazine

Quel avenir pour Tox, l’alternative libre de Skype ?

Publié le 06 octobre 2014 par Edeation @edeation

Skype, ça marche plutôt bien (disons le), mais ce n’est pas parfait. Moi qui l’utilise tous les jours, je connais bien ses faiblesses :

  • Il n’est pas gratuit, si vous ne supportez pas les horribles placards publicitaires, il faut cracher.
  • Il est impossible de se connecter à plusieurs comptes simultanément (disons qu’il faut ruser en créant plusieurs instances de Skype)
  • Il tolère difficilement les navigateurs par défaut autre que Explorer ou Safari (pour des raisons évidemment bêtement commerciales) ; c’est particulièrement le cas pour les connexions simultanées.
  • Il n’est pas libre, ce qui implique qu’il n’existe aucune interface alternative.
  • Il est intrusif (pensez bien à décocher la case « Permettre à Microsoft d’utiliser l’information de votre profil pour vous présenter des annonces plus appropriées »)
  • Last but not least, il n’est pas sécurisé : les conversations ne sont pas chiffrées, ce qui laisse la porte ouverte à la NSA ou à d’autres organismes de surveillance.

Alors, depuis quelque temps, les alternatives à Skype se multiplient : eBuddy, WhatsApp, Viber, Tango, Telegram Messenger, LINE, WeChat, Facebook Chat, Google Talk, VoipBuster, BlackBerry Messenger, iMessage, ooVoo… Mais celle qui tient la vedette ces derniers temps, c’est Tox. Voici pourquoi.

Les atouts de Tox

Le premier gros argument de Tox, c’est la sécurité. Ainsi peut-on lire sur le site :

Tox suit un modèle « la vie privée d’abord » sans compromis. Votre sécurité est notre priorité et rien ne changera cela.

Voilà, c’est dit. Et les développeurs assurent avoir mis le paquet, avec un chiffrement fort.

Deuxième argument de poids, la gratuité :

Alors que les autres grands noms de la messagerie instantanée font payer certaines fonctionnalités, Tox est (et restera) toujours gratuit, tout en étant dépourvu de publicités.

Troisième argument, il est libre. Le code de l’application est disponible par l’intermédiaire d’un dépôt Git. Chacun pourra donc modifier l’applicatif à sa guise (enfin les plus motivés!).

Enfin, du point de vue des fonctionnalités, Tox semble ne rien envier à Skype : les appels multiples sont pris en compte, y compris vidéo. L’interface est intuitive (il existe aussi un client en console pour les puristes).

Alors, finalement, Tox est-il une alternative sérieuse à Skype ? Seulement si le réseau se développe, évidemment. En définitive, c’est bien le nerf de la guerre. D’où la circularité du problème : je suis populaire parce que je suis sérieux, et sérieux parce que populaire. Alors comment faire, justement, pour qu’il se développe et devienne vraiment sérieux ? Eh bien en parler, ce que je suis en train de faire, et diffuser le lien de la solution : Tox.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Edeation 25 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte