Magazine Société

Concaténation culturelle : Ex-tension

Publié le 14 octobre 2014 par Tudry

Extension du domaine de l’enquête (inachevée)

http://thierryjolif.hautetfort.com/archive/2014/06/22/concatenation-culturelle-autour-de-david-wojnarowicz-5396271.html

« Quel démon ? Tout au plus un avorton de diable. » (N. Stavroguine dans Les Possédés)

gg alin, costes, wojnarowicz, art, non-art, punk

G.G. Alin est un autre phénomène artistique américain issu de la passion punk. Sans le punk-rock, G.G. enfant de la classe moyenne américaine, médiocre en tout, n’aurait sans doute été qu’un junkie clochardisé de plus. Le « punk » lui aura permis de transcender cet état, par le bas autant que par le haut.

Le « punk » est celui qui « fait l’idiot », qui fait le « contre-fait ». Dans le Schpountz de Pagnol, l’oncle se gargarise de son « bon mot » blessant à l’endroit de son neveu Irénée : « ce n’est pas seulement que tu sois bon à rien, tu es mauvais à tout ». Se pourrait être une devise punk. Et, disons le tout net, dans l’art qui l’a « sauvé » pendant un temps, dans l’art qu’il pratiquait et vénérait, G.G. Alin aussi était « mauvais »…

gg alin, costes, wojnarowicz, art, non-art, punk
Dans le documentaire qui lui est consacré l’un de ses anciens professeurs le compare à un glouton (wolverine), il aura ainsi incarné, sans fioriture ni alibi, non même sans une certaine in-nocence l’aspect essentiel, dévorateur, engloutissant du nihiliste moderne. Contrairement à un Jean-Louis Costes il n’y avait chez G.G. Alin aucune distance envisageable, aucune possibilité de discours positif. L’art de la provocation était « animal ».

Paradoxalement, l’américain bien plus que le français, était dans une disposition primitivement religieuse. Dénué de tous référents culturels il sacralisait le « rock », ce phénomène qui était à la fois sa libération et ses chaînes. En ceci, et malgré tout, c’est bien à travers le scandale même, à la perpétuation de la civilisation dans sa réalité cultuelle et culturelle qu’il participait. Par-delà l’illusoire de la provocation Alin réintégrait la dimension sacrificielle du bouc émissaire s’offrant lui-même en pâture, non seulement à son public qui l’adulait mais également, et plus encore, à tous ceux qui le conspuait. Encore faut-il voir dans les deux attitudes un même mouvement fondamental, G.G Alin était ce que les autres ne pouvaient être.

...


Costes au Dahlia Noir, Rennes, 7/12/2013 par ThierryJolif


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Tudry 471 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine