Magazine Humeur

BERLIN : Le soir où le mur n’est pas tombé (1/7)

Publié le 03 novembre 2014 par Pierre Thivolet @pierrethivolet
25 ans : Un quart de siècle, déjà…Par Pierre Thivolet, ancien correspondant de TF1 en Allemagne

BERLIN : Le soir où le mur n’est pas tombé (1/7)

En direct du mur. pour TF1...le 11 novembre 1989

Oui, j’y étais. Et nous n’étions pas nombreux ce soir-là, à nous trouver à Berlin, à Berlin-Est: Personne n’avait prévu ce qui allait se passer dans cette soirée du 9 novembre 1989. Ni le gouvernement est-allemand, qui « envisageait éventuellement d’autoriser les citoyens est-allemands en règle et avec passeport à voyager librement ». Ni le gouvernement ouest-allemand : Le chancelier Helmut Kohl se trouvait même en voyage officiel en Pologne; Son premier voyage auquel tous les médias de l’Ouest accordaient une grand importance. Autant dire que nos principaux confrères ouest-allemands se trouvaient à Varsovie. Même si rétrospectivement, nous pouvons remettre les événements en perspective, et dire que, de toute façon , l’Allemagne communiste était condamnée, franchement le 9 novembre , personne n’avait rien vu venir. Finalement, tous les allemands et leurs alliés s’étaient installés dans cette situation d’équilibre. Même l’Ouest y trouvait son compte et les déclarations sur l’unité ou la réunification de l’Allemagne n’étaient que de principe, et ne trouvaient que très peu d’écho de Hambourg à Munich. L’Allemagne de Bonn, avec son deutschmark si fort, sa réussite économique, était l’«Allemagne Société-Anonyme », avec des citoyens comblés pensant plus aux vacances aux Canaries ou à Rimini, avec Mercedes et caravane, qu’aux frères de l’Est perdu ! « De quel côté du mur, la frontière nous rassure » chantait très justement Patricia Kaas. 25 ans déjà ! Putain : Un quart de siècle… Je n’ai pas l’esprit « ancien combattant ». J’ai toujours voulu regarder vers l’avant. Ne pas revenir sur les événements que j’ai pu « couvrir » comme reporter. Mais cette année, la pression des émissions commémoratives est forte, peut-être encore plus forte. Et puis les événements de novembre 1989, à Berlin, ont été bouleversants : Professionnement bien sûr, comme correspondant de TF1 en Allemagne, mais également sur le plan personnel, émotionnel, humain : Cette année, aux dernier moment, j’ai donc eu envie de partager un peu de mes souvenirs.Et le premier souvenir, c’est la joie, la liesse populaire, le bonheur d’être libre, de pouvoir franchir enfin, même pour quelques heures, cet épouvantable mur de la honte avec son no’man’s land, ses patrouilles de soldats en uniforme vert de gris, ses check-points glauques. Un mur baptisé par le gouvernement est-allemand « mur de protection anti-fascistes » : Les fascistes étant à l’Ouest bien sûr. Ce n'était pas de l'humour, mais cela faisait beaucoup rire, sous cape, les berlinois de l’Est. Enfin, du moins, ceux qui appartenaient aux milieux intellectuels, aux mouvements des droits de l'homme.Ce soir-là, je n’ai rien senti ni vu de « nationaliste ». Même nous, observateurs, étrangers, avons été emportés par ce sentiment de libération. Il n’était pas question d’Allemagne, d’unité allemande, pas encore. Nous vivions la fin d’une injustice ; La fin de la division de l’Europe. Tout le monde s’embrassait. Je crois que nous nous sommes tous sentis européens , ou même citoyens du monde. Heu-reux ! Et lorsque les cloches des églises et de l’Hôtel de Ville de Berlin-Ouest se sont mises à carillonner dans la nuit, nous nous tous sommes mis à pleurer. Ce soir-là, sur Berlin flottait l’air de la liberté. Un moment rare dans une vie.
Demain : 2/7 : Ces fissures que personne n’avait vues…

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pierre Thivolet 5069 partages Voir son profil
Voir son blog