Magazine Bien-être

Mode : travailler pour mourir, femmes #soldées qui est la moins chère ?

Publié le 03 novembre 2014 par Greenbeautiful @wa_off
  • Home
  • Derniers articles
  • Mode : travailler pour mourir, femmes #soldées qui est la moins chère ?
mode soldees éthique sur l'étiquette

L’esprit (et les oreilles)  toujours en orbite, j’échoue assez souvent sur d’incessantes complaintes liées aux insatisfactions professionnelles, qui nous guettent toutes et tous, même dans l’univers fabuleux et onirique de la mode !

Vous êtes-vous déjà surpris à pester contre un chef tyrannique, sans gratitude ni reconnaissance de votre (ouvrez les guillemets) génie, capable de vous exhorter insidieusement à l’exécution d’une  tâche de dernière minute pour avant-hier, vous rendant inextirpable de votre bureau encore de longues heures… ? Ne vous est-il jamais arrivé , non plus, de  le maudire après qu’il soit parvenu à vous refuser une augmentation tout en vous arrachant une larme à la fin de son plaidoyer sur la conjoncture peu favorable ?…

Douleur et servitude à la tâche étant des notions d’un autre temps, quelle fut votre mode de révolte pour mettre fin à cet intolérable merdier, et ne plus subir ce que vous estimiez légitimement être une injustice ?

Que feriez vous alors si vous deviez vous lever chaque matin,  travailler comme un forcené pour un salaire ne vous permettant même pas de vivre décemment du fruit de votre travail (soit, vous nourrir, vous loger, vous soigner… ) ?

Alors que les marques et distributeurs d’habillement réalisent des bénéfices colossaux grâce à une main d’œuvre bon marché, ce qui paraît embarrassant c’est cette misère profitant à d’autres sur une échelle de besoin superficiel élevée.

Le collectif Éthique sur l’étiquette, une insurrection d’un autre genre

S’il faut encore le présenter, le collectif n’est pas seulement la force tranquille qui a réussis à ébranler la suprématie d’Auchan en le faisant sortir de son mutisme, l’obligeant à indemniser (enfin !) les victimes du Rana Plaza, c’est aussi la branche française du réseau européen Clean Clothes Campaign, agissant pour l’amélioration des conditions de travail dans l’industrie textile mondiale.

Lancement le 15 octobre dernier de la campagne #soldées

Très justement dosée sur le cynisme, la campagne joue volontairement sur une approche plus efficace que d’assommants « Heal the world » ou autres punchlines culpabilisantes et anxiogènes.

Depuis le site quiestlamoinschère.org, le voile est levé sur la situation des salaires dans les pays de production textile.

Le collectif ne se contente pas d’activisme pur,  mais joue sur la dérision et le sarcasme, conscient que ce qui guide le consommateur aujourd’hui, ce n’est pas la raison (exit les campagnes « CQFD » culpabilisantes, disais-je), mais l’émotion, qu’elle essaie de pénétrer avec les codes de notre environnement quotidien, et c’est précisément là qu’il faut canarder !

soldees, blog mode éthique

Un cynisme qui observe par le verrou la culture française et la métamorphose actuelle que connaît ses mœurs en matière de consommation.

Cette nouvelle façon de susciter  l’intérêt arrive à l’heure où 36% des consommateurs français  avoue que la vocation sociale d’une marque fait partie des facteurs qui influencent leurs décisions d’achat (enquête NIELSEN), où 1 français sur 2 agit de façon responsable dans sa consommation et 82% considèrent qu’elle a un impact sur l’environnement et les conditions sociales de production (étude Ethicity).

Le dessein de cette campagne est :

  • d’enrayer les salaires de misère pratiqués par l’industrie de l’habillement dans les pays de production,
  • exiger un salaire vital,
  • relayer les luttes des travailleurs à travers des témoignages poignants,
  • interpeller les marques françaises via une pétition  lancée pour exiger des multinationales l’adoption d’une politique de mise en œuvre d’un salaire vital le long de leurs chaînes de sous-traitance

A vous de jouer !

Découvrez les 10 excuses le plus avancées par les marques pour ne pas payer un salaire vital, vous allez voir, c’est à mourir de rire !

Jouez à l’acerbe Game Over, il vous plongera dans le sinistre quotidien de ceux qui font nos vêtements, réalisant ainsi que la mode… je ne veux pas spoiler, faites votre propre expérience…

J’ai agit à mon échelle, j’ai joué à un jeu où nous ne sommes pas les perdants, j’ai signé la pétition, je relaie auprès du grand public grâce au #soldees…

Une goutte dans un océan, mais je reste convaincue que pour prêcher en faveur de nos idéaux il n’y a pas de petites actions . En ébranlant un système économique de tartuffe, solidement ancré, officieusement en vigueur, chacune de nos contributions participent à affaiblir ces pratiques scandaleuses, ces inégalités, ces crimes commis auprès de vraies victimes de la mode.

Ci-dessous, pour vous achever, le rapport d’enquête réalisé par le collectif, sur les mesures prises par les multinationales de l’habillement pour assurer un salaire vital aux  ouvrier-er-s le long de leurs chaînes de sous-traitance à travers le monde. Les résultats sont encore affligeants !

Une pétition signée et une campagne relayée valent mieux qu’une boîte de Prozac ingurgitée, à vous de jouer !

blog mode ethique sur l etiquette

Article précédent

Share this !

facebook twitter pinterest linkedin gplus tumblr email

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Greenbeautiful 5421 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte