Magazine France

Le Guen s’adresse à moi ? Ma réponse…

Publié le 03 novembre 2014 par Gédécé @lesechogaucho

imagesBen oui… C’est ici : Le Guen dénonce « une forme d’escalade gauchiste ». Il est donc normal que je lui réponde comme il se doit. Je ne lui ferai pas comme certains de mes camarades à gauche l’injure de lui rappeler son passé judiciaire dans l’affaire de la MNEF, puisque celle-ci a abouti à un non-lieu… Mais je répondrai sur le fond de son propos, en tenant compte du contexte. Le Guen est en effet un prototype de cette gauche fauxcialiste que je conchie allègrement à longueur de billets, tant elle fait de mal à l’idée de gauche dans notre pays, au point que c’en devient une insulte : gauchiste. Alors que c’est à mes yeux une fierté d’être qualifié de tel, plutôt que de trahir jour après jour ce qui a fondé le peuple de gauche, et ses valeurs. Que nous dit-il pour justifier cette dénonciation calomnieuse à mon (notre) endroit ? Il veut parler des manifestations en l’honneur de Rémi Fraisse :

« Il y a malheureusement autour de ces infrastructures des groupes d’une extrême violence. Nous sommes face à une contestation violente et je m’étonne que certains, par facilité, continuent à dire que cette violence peut être légitime. »

J’ai déjà répondu à ce genre de discours ici. Tenter de réduire des mouvements de contestation (qui certes dérangent fortement ces gens là qui ont tout à y perdre…) en tentant de les réduire et de les décrédibiliser par une minorité de « casseurs » est un procès en sorcellerie que je réfute formellement. Je le répète, persiste et signe : ce n’est en effet que le jeu de nantis et de dominants qui essaient tant bien que mal de défendre leurs seuls intérêts en manipulant les opinions par le biais d’un argument facile, faisant plus appel à l’émotion qu’à l’intelligence et à l’esprit critique. On fait semblant de s’émouvoir d’une telle violence pour constituer un écran de fumée empêchant tout un chacun de percevoir à quel point le déficit démocratique dans notre pays est particulièrement important, générant donc par sa violence pas seulement symbolique puis qu’économique, sociale et environnementale, une autre violence bien réelle celle-là.   Et puis, on ne s’est guère autant ému d’autres casseurs qui eux ont réussi à faire reculer le gouvernement avec leur mouvement de pression catégoriel, entraînant une gabegie d’argent public proprement inconcevable. Alors que l’écotaxe était plutôt une idée à défendre. Contrairement à ce barrage dont la ministre de l’écologie elle-même nous dit à présent qu’il s’agit « d’une erreur d’appréciation « . Misère de cette politique là…  Que ne s’en est-elle rendue compte plus tôt ? ! Rémi, mort pour rien ? La véritable violence n’est-elle pas plutôt là, dans ce crime d’état que rien ne saurait justifier ?!  Et que Le Guen tente de camoufler par la désignation de boucs émissaires faciles à la vindicte populaire…  Craignant si manifestement, tout comme ses semblables, et à juste titre, l’Insurrection qui vient…. et que d’aucuns voudraient faire taire. Et bien non. Le Guen –  et si ce n’est toi, c’est donc ton frère, ou ta sœur – et pour parodier Michaux (mes occupations),  je vous pisse à la raie, et vous inonde de chiens crevés. Vous êtes l’exacte mesure de la finitude d’un monde qui n’a plus cours que dans les bourses de pays  en voie de disparition. Les nôtres sont à construire. Maintenant. Alors, petit soldat du capital, va donc juer dans ton bac à sable avec ta pelle et ton seau…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gédécé 134609 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog