Magazine Conso

A la découverte du nouveau millésime des crus bourgeois

Publié le 04 novembre 2014 par Pascal Iakovou @luxsure

Les crus bourgeois ont gagné en visibilité ces dernières années et proposent des vins de plus en plus qualitatifs. Récit du déjeuner de presse.

Lors de la dégustation des crus bourgeois / Copyright Julien Tissot

Lors de la dégustation des crus bourgeois / Copyright Julien Tissot

Les Crus Bourgeois savent recevoir. Rendez-vous était donné en septembre dernier chez Hélène Darozze, rue d’Assas à quelques encablures du Lutetia. Une série de vins étaient tout d’abord proposé à la dégustation : Médoc, Haut Médoc, Moulis, Saint Estephe. Un millésime de belle tenue avec quelques belles surprises.

Les vins proposés à la dégustation / Copyright Julien Tissot

Les vins proposés à la dégustation / Copyright Julien Tissot

Les plus belles plumes de la presse spécialisée avaient été conviées. Les discutions sont pointues. Quelques instants plus tard, il est l’heure de passer à table. Le président des crus bourgeois m. Frédéric de Luze fait un petit discours introductif : «Le succès des Crus Bourgeois du Médoc «nouvelle génération » n’est plus à prouver. 5 ans après son renouvellement et la mise en place d’un nouveau fonctionnement, notre démarche de qualité et d’exigence inédite, porte ses fruits : la demande de Crus Bourgeois du Médoc sur les principaux marchés ne cesse d’augmenter ! Sur les 5 derniers millésimes, ce sont près de 145 millions de bouteilles qui ont été mises sur les différents marchés. Une force commerciale considérable pour une famille de crus regroupée derrière les mêmes valeurs, afin de proposer aux consommateurs un niveau de qualité sur chacune des bouteilles qui portent haut la mention « Cru Bourgeois ».

de Luze / Copyright Julien Tissot

Frédéric de Luze / Copyright Julien Tissot

A table, on parle beaucoup de la Chine qui est un marché important à l’export pour les crus bourgeois. Plusieurs dégustations y sont d’ailleurs organisées. L’équipe de communication est passionnée par sa tâche. En particulier Frédérique de Lamothe qui parle des vins et du terroir avec une belle conviction.

A table, le déjeuner commence par du Foie gras et se poursuit avec du pigeon. Les accords mets / vins sont parfaits. On parle des critères qui permettent à un vin de porter la mention « cru bourgeois »

Un des plats servis ce jour là / Copyright Julien Tissot

Un des plats servis ce jour là / Copyright Julien Tissot

La démarche de qualité est contrôlée par un organisme indépendant qui s’appuie sur un cahier des charges exigeant. Il apporte à la démarche de qualité « Cru Bourgeois » un œil neuf et assure l’impartialité à toutes les étapes. La démarche de qualité « Cru Bourgeois » est ouverte à tout cru du Médoc habilité à produire dans l’une des 8 AOC médocaines : Médoc, Haut-Médoc, Listrac-Médoc, Moulis, Margaux, Saint-Julien, Pauillac et Saint-Estèphe. Les exploitations candidates font systématiquement l’objet d’une visite d’éligibilité. Cette éligibilité est ensuite contrôlée de façon pluriannuelle et aléatoire. Une fois éligible, l’exploitation peut présenter son vin à la dégustation. Un panel est défini chaque année à l’aveugle à partir d’échantillons fournis par les exploitations candidates et sert de référent pour le millésime concerné.

http://i1.wp.com/decanter.media.ipcdigital.co.uk/11150/000008cf3/06a3/CruBourgeois.jpg?w=650

.
Chaque vin est ensuite dégusté et noté à l’aveugle par un jury d’experts, des dégustateurs professionnels reconnus par la filière, au nombre total de 6 par séance. La dégustation, la levée de l’anonymat et le résultat de la vérification organoleptique sont organisés sous la responsabilité de l’organisme indépendant. La dégustation est individuelle et sans concertation. L’attribution de la mention traditionnelle « Cru Bourgeois » est basée sur la moyenne arithmétique des notes données par les six dégustateurs professionnels. La note attribuée à un château candidat est comparée à celle du référent (ou panel) du millésime concerné.

Bref, d’années et années, les crus bourgeois consolident leur image d’outsider sur le marché du vin dans l’ombre des crus classés pour des prix plus abordables.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pascal Iakovou 72539 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines