Magazine Santé

CANCERS liés à BRCA: Olaparib, l'espoir pour les non-répondants aux traitements standards – The Journal of Clinical Oncology

Publié le 07 novembre 2014 par Santelog @santelog

CANCERS liés à BRCA: Olaparib, l'espoir pour les non-répondants aux traitements standards – The Journal of Clinical OncologyOlaparib, un traitement expérimental des cancers liés à BRCA, par prise orale deux fois par jour, démontre un taux global de réponse de 26% selon cette étude américaine menée chez près de 300 patients avec cancers avancés avec mutations BRCA1 et BRCA2. Ces nouvelles données, publiées dans le Journal of Clinical Oncology ouvrent une option prometteuse de traitement et l’espoir d’améliorer le taux de survie chez les patients atteints de cancers de l’ovaire, du sein, du pancréas et de la prostate qui n’ont pas répondu aux traitements standards.

Les chercheurs de l’Abramson Cancer Center de l’Université de Pennsylvanie ont testé le médicament chez près de 300 patients avec cancers à mutations BRCA1 et BRCA2 toujours en croissance malgré les traitements standards. Ils rappellent qu’environ 5% des cancers du sein et 10% des cancers de l’ovaire sont associés à une mutation héréditaire de BRCA1 ou BRCA2. Dans cet essai, Olaparib était au moins le troisième traitement pour la majorité des participants.

L’essai montre un taux de réponse tumorale de 26% et une survie à 1 an de :

·   64% chez les patientes atteintes de cancer de l’ovaire (avec une survie sans progression médiane de 7 mois)

·   45% chez les patientes atteintes de cancer du sein (avec une survie sans progression médiane de près de 4 mois)

·   41% chez les patients atteints de cancer du pancréas (avec une survie sans progression médiane de près de 5 mois)

·   50% chez les patients atteints de cancer de la prostate (avec une survie sans progression médiane de plus de 7 mois)

Au global, les chercheurs constatent l’absence de croissance tumorale pendant au moins 8 semaines chez 42% des patients.

Enfin, 54% des participants ont éprouvé des effets secondaires, dont le plus courant était l’anémie (17%).

Olaparib est un inhibiteur de PARP (poly (ADP-ribose) polymérase), une protéine utilisée par les cellules saines, mais également par les cellules cancéreuses pour réparer leurs dommages à l’ADN. Olaparib se lie sélectivement à PARP et l’empêche ainsi de réparer les lésions de l’ADN dans les cellules cancéreuses.

Sur la base de ces nouvelles données, des essais de phase III sont envisagés. Les auteurs notent que la réponse positive observée chez les patients atteints de cancer du pancréas métastatique est particulièrement remarquable, étant données les options thérapeutiques très limitées pour ces patients. Enfin, ces résultats ouvrent un nouvel espoir pour les patients atteints de cancers liés aux mutations héréditaires sur les gènes BRCA1 et BRCA2.

N.B. Cet essai a été soutenu par le Laboratoire AstraZeneca.

Source: Journal of Clinical Oncology November 3, 2014 doi: 10.1200/JCO.2014.56.2728Olaparib Monotherapy in Patients With Advanced Cancer and a Germline BRCA1/2 Mutation

CANCERS liés à BRCA: Olaparib, l'espoir pour les non-répondants aux traitements standards – The Journal of Clinical Oncology
Lire aussi:CANCER de l’OVAIRE et du SEIN : Olaparib, une thérapie révolutionnaire -


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 70291 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine