Magazine Humanitaire

ACF continue la lutte contre la malnutrition malgré l'epidémie d'Ebola

Publié le 10 novembre 2014 par Cmasson

En 2013, selon les données d'UNICEF, la Sierra Leone a été classé premier pays au monde en terme de la mortalité des enfants de moins de 5 ans. Cette situation devrait se détériorer en raison de l'épidémie d'ébola dans la mesure où les services de santé de base ne sont pas fournis aux femmes enceintes et allaitantes, et aux enfants de moins de 5 ans.
De plus, on observe une baisse de la fréquentation des établissements de santé par les malades, ainsi qu'une réduction globale de l'offre de soins proposée. Ce phénomène peut s’expliquer tout d’abord par ce que le personnel à peur de contracter le virus en faisant son travail; leur préparation est insuffisante et les mesures de sécurité mises en place pour traiter les potentiels malades d'ébola sont inadaptées. En parallèle la population à peur d’être infectées en fréquentant les établissements de santé et préfère les éviter.

En outre, les évaluations récentes menées par la FAO, le PAM, ACF et d'autres partenaires, font état d'une détérioration de la situation de la sécurité alimentaire. La diminution de la production agricole et le ralentissement du commerce ont un impact direct sur ​​la vie des ménages.

Dans un effort visant à inverser cette tendance, ACF a renforcé son support aux Groupes de Soutien aux Mères (MSG) à Freetown. Ces groupes, considérés par le Ministère de la Santé comme fondamentaux dans la prévention et la lutte contre la malnutrition, ont démontré leur influence sur les communautés en contribuant à changer profondément les comportements des femmes et des mères. Les équipes d'ACF forment et conseillent  les mères sur le virus ébola. Ils mènent des groupes de discussion pour les sensibiliser, leur permettre de reconnaître les symptômes et les prévenir et de savoir quoi faire en cas de cas suspects. ACF a également distribué des kits de lavage des mains dans les groupes afin d’éviter la de propagation du virus.
Les mères membres des groupes de soutien sont essentielles pour transmettre les messages de prévention aux autres mères et pour les inciter à continuer de faire surveiller l'état nutritionnel et la santé de leurs enfants.

Membre d'un groupe soutenu par ACF, une mère de Lumley, l'un des quartiers sensibles de Freetown, témoigne qu'elle est « encouragé à fréquenter les centres de santé car même si le risque existe, les centres restent l’endroit où l'ont peut trouver du personnel médical capable de prendre soin de nous et de la santé de nos enfants ». Elle ajoute également que « Lors de nos prochaines réunions nous allons apprendre à suivre correctement l'état nutritionnel de nos enfants et nous allons échanger de nombreux conseils sur le virus ébola ».

En ce qui concerne le soutien  du personnel de santé, ACF est sur ​​le point de commencer une formation dans 100 centres de santé en périphérie du district de Moyamba. L'objectif est de renforcer les connaissances des personnels sur le virus, les mesures de prévention, et de contrôle pour leur permettre de faire leur travail auprès des communautés en toute sécurité. Mieux informés et protégés, ils sont mieux à même limiter la propagation de l'épidémie en identifiant les malades d'ébola et en les référant à des installations adéquates.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cmasson 71342 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte