Magazine Finances

Avec Bsavi, le PFM devient prescripteur

Publié le 10 novembre 2014 par Patriceb @cestpasmonidee
Bsavi Lorsque Bsavi présente une nouvelle solution de PFM, à l'occasion du Web Summit, l'idée qui vient immédiatement à l'esprit est qu'il ne s'agit que d'une plate-forme de plus ! Pourtant, la découverte de la vision portée par ses concepteurs fait rapidement apparaître une autre réalité : voilà peut-être l'avenir du conseil financier…
A ce stade, avec une application mobile disponible uniquement en test privé, Bsavi n'est certes qu'une promesse, mais elle a de quoi séduire. Passons donc rapidement sur les fonctions « classiques » telles que l'agrégation des comptes courants, d'épargne ou de cartes détenus dans divers établissements, la catégorisation automatique et la visualisation graphique des transactions, les alertes… Le premier petit indice d'originalité est une option de connexion aux réseaux sociaux permettant d'établir un lien entre un achat et les amis et relations qui y sont associés.
Mais, beaucoup plus important que son approche conventionnelle de l'analyse des opérations passées, Bsavi introduit un mode prédictif, qui fournit à l'utilisateur une vue de son budget de la semaine à venir. Prenant en compte ses dépenses récurrentes, ses besoins identifiés, ses habitudes… automatiquement déterminées par une analyse de ses comptes, l'application va lui proposer un plan de dépenses pour chacune de ses journées, pour son week-end à venir… Et, dès que sa trésorerie le rend possible, l'outil pourra également lui suggérer des gestes d'épargne.
Bsavi
Ce n'est pas tout ! La plate-forme est aussi conçue pour accompagner les décisions du consommateur. Pour ce faire, les recommandations peuvent se transformer immédiatement en actes concrets : de l'achat en ligne intégré (en bénéficiant de réductions, le cas échéant) au changement de banque en un clic, en passant par les applications en tout genre qu'imagineront les développeurs exploitant les APIs (« interfaces de programmation applicative ») fournies, il devient possible de passer de la contemplation des comptes à un pilotage actif des finances personnelles.
Dans ce registre, la perspective de Bsavi n'est pas uniquement mercantile (même s'il est probable que c'est là que la startup voit son modèle économique). Il s'agit au contraire de faire de la solution de PFM une plaque tournante de données – financières et sociales – que les consommateurs choisiront de partager (ou non) avec des entreprises tierces afin de bénéficier d'offres personnalisées. Les premiers projets pilotes mis en œuvre par quelques partenaires consistent d'ailleurs à proposer des crédits à des individus sans historique financier, rejetées par le système traditionnel.
Originaire d'Afrique du Sud, Bsavi a d'immenses ambitions puisqu'elle vise un déploiement global, dans tous les grands pays du monde. Qu'elle réussisse ou pas, son modèle mérite l'attention des institutions financières, qui pourraient y trouver une menace inattendue. En effet, au-delà de la promesse (presque anecdotique) de changement d'établissement en un clic, la plate-forme de la jeune pousse esquisse avant tout, grâce à ses capacités de conseil « actionnable », une désintermédiation des banques beaucoup plus réelle et plus disruptive que jamais auparavant.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Patriceb 7225 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazine