Magazine Voyages

Mon top 10 sculptures antiques dans les musées: N°7: le sarcophage d'Alexandre (Musée archéologique d'Istanbul)

Publié le 10 novembre 2014 par Romain Delannoy

Mais où repose donc le corps d'Alexandre? Pas à Istanbul en tout cas et même si là bas repose le sarcophage d'Alexandre, impressionnante oeuvre funéraire en bas relief. Finement ciselée dans le marbre, cette sculpture mortuaire ne contient pas le cadavre du défunt conquérant. La dépouille reposerait selon certains à Alexandrie sans qu'on ne puisse l'affirmer avec exactitude. C'est malgré tout l'un des plus beaux témoignages de l'art hellénistique.

26

Le sarcophage d'Alexandre n'en porte que le nom

Pourquoi dans le top 10? Un tombeau majestueux à la gloire du conquérant

Si vous reprenez vos cours d'histoire, vous ferez vite certaines associations lorsqu'on vous parlera d'Alexandre Le Grand: Bucéphale, les batailles d'Issos et de Gaugamèles, Darius, Babylone ... En seulement 10 ans, le fils de Philippe II de Macédoine a su conquérir un empire allant jusqu'en Inde après que son père ait maté les cités grecques. A jamais et malgré une fin plutôt chancelante, le belâtre aux cheveux bouclés reste dans les mémoires. De nombreuses oeuvres dans l'Antiquité ont souhaité saluer sa grandeur. Le musée archéologique d'Istanbul conserve l'un d'eux même s'il est en restauration en ce moment alors qu'il est l'oeuvre phare de l'établissement.

history_alexander

Alexandre le conquérant

Sur cette oeuvre, c'est bien en conquérant qu'on représente le roi de Macédoine. Ce sarcophage grec le hisse fièrement sur Bucéphale, son inséparable compagnon qu'il aurait dompté avec l'aide d'Apollon. Il vainc ici l'armée du perse Darius, qui faisait énormément pâlir les Grecs, en 333 avant JC. C'est la première grande victoire du jeune roi qui allait très vite s'imposer avec l'impressionnant succès de sa phalange macédonienne. Darius y abandonna sa femme, ses enfants et ses trésors Par la suite, il prendra l'Egypte à Darius et deviendra pharaon d'Egypte à sa place. Enfin, c'est ce qu'on a longtemps cru car certains détails remettent en cause le fait que ça représenterait cette bataille. La peau de lion revêtue par Alexandre n'a été revêtue par le conquérant qu'après avoir remporté ses conquêtes contre les Perses. De plus, certains ont cru reconnaître Antigone Le Borgne or si tout ceci est vrai, il faut rappeler que ce dernier n'a pas participé à la bataille d'Issos. En clair, ce n'est pas une bataille qui est représentée mais la glorification d'Alexandre où on mélange plusieurs batailles.

Mais pourquoi avoir voulu représenter Alexandre? En effet, ce n'est pas la dépouille d'Alexandre qui y gît mais le roi de Sidon, Abdolonymos dont le royaume se trouvait dans le Liban actuel. Ce roi avait été placé sur le trône par Alexandre lui-même après la bataille d'Issos. Seulement, après celle-ci, la Phénicie n'était pas pacifiée et le roi de Sidon n'allait pas se laissait faire si facilement. Alexandre décida donc de le remplacer par un membre de la famille du roi actuel plus conciliant. Abdolonymos n'était alors qu'un simple jardinier. Une scène de chasse montre Alexandre et son compagnon Héphaistion protéger Abdolonymos face à un lion. Il ne s'agit donc pas de seulement représenter la guerre mais aussi la paix après les conquêtes. Sur cette scène de la chasse au lion, Grecs et Perses se réunissent pour vaincre ensemble le lion. Ils ne sont donc plus ennemis mais collaborent. C'est une représentation nouvelle pour bien vivre ensemble.

8755517747_a79fbe4022

La chasse au lion pour la paix

Il faut ajouter que l'oeuvre que vous voyez n'est pas complète puisqu'il manque des objets aux personnages: des objets en fer représentant des armes. Ce qui rompt avec l'art grec classique ici, c'est la mêlée du combat quand l'art classique préférait les duels. La mêlée permet de montrer qu'Alexandre domine et que c'est de lui que part la lecture de la scène. Les vainqueurs se retrouvent au centre et sur les ailes afin de mieux les faire ressortir. Cependant, l'art classique n'est pas totalement négligé puisque la nudité est toujours présente et parce que ce bas relief à l'instar d'une frise des Panathénées était peint. L'art antique est toujours une continuité plutôt qu'une rupture.

8755524073_e51a78f4e9

La mêlée


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Romain Delannoy 358 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine