Magazine Politique

BURKINA FASO : Le Président Blaise COMPAORE chassé par la rue se réfugie en côte d’ivoire.

Publié le 11 novembre 2014 par Zako

Le Président burkinabé, chassé par la rue, se réfugie en côte d’ivoire. Avait-il des raisons particulières de fuir son pays où sa vie et celle des siens seraient-elles menacées ? En tous les cas, au pays des hommes et femmes intègres, apparemment tout le monde ne l’est pas, à commencer par le premier, Blaise Compaoré. Ce type a pris le pouvoir il y a 27 ans par un coup d’état. C’est l’un des dictateurs qui faisait la pluie et le beau temps au Burkina-Faso. L’assassin de Thomas Sankara ne fera pas un 6e mandat car le peuple vient de lui dire non. Il se réfugie en côte d’ivoire. Il y est depuis le 31 Octobre, peut-être avant, à la veille de la Toussaint commémorant le souvenir de nos morts.  Il est là avec toute sa famille et sa garde rapprochée. L’on parle d’une cinquantaine de personne dont le président de l’Assemblée nationale. C’est carrément un camp de réfugiés ou un gouvernement  bis burkinabé qui s’installe à Yamoussoukro, la capitale politique, dans  la résidence des hôtes de la république. La presse ivoirienne  localisait son fantôme ces derniers jours à Duokoué, une ville de l’Ouest du pays. Il y a donc beaucoup de bouches à  nourrir, loger, blanchir et laver de tout soupçon.  En tant que chrétien et principal acteur de la crise postélectorale sanglante de 2010 à laquelle il a activement participé aux côtés d’Alassane Ouattara, cela devrait lui faire quelque chose car les parents des victimes pleurent toujours les leurs. Pourquoi revient-il s’essuyer les pieds sur des cadavres encore tout frais de pacifistes ivoiriens  tombés au nom de la défense de leur sol et de la liberté de choisir démocratiquement leurs élus ?L’actualité est ainsi faite que des évènements les plus dramatiques disparaissent de la une des journaux dès que le sang ne coule plus mais les plaies  de la guerre civile restent ouvertes en terre ivoirienne.Un loup dans la bergerieBlaise Compaoré est un loup dans la bergerie ivoirienne. Il a été fourré dans plusieurs coups de déstabilisation de la côte d’ivoire : Je cite le coup d’état manqué de 2002 contre le gouvernement gbagbo.Les mercenaires de cette tentative sont venus du Burkina-Faso. Le soutien inconditionnel de Blaise Compaoré à son compatriote Alassane Ouattara durant la crise postélectorale est encore dans la mémoire collective : Le Burkina-Faso est la zone de transit d’armes (100.000) non conventionnelles   circulent librement en côte d’ivoire, sans le moindre contrôle véritable  des autorités. En 2010, Blaise Compaoré a mis des cars à la disposition des burkinabés qui ont massivement participé au vote de  l’élection présidentielle sans y avoir le droit. Il n’y avait donc pas que les 600.000 voix que Konan Bédié a vendues à Alassane Ouattara pour renverser l’ordre du résultat des urnes. Blaise Compaoré a aussi torpillé tous les accords et processus de cessé- le- feu ou de paix de Ouagga, Pretoria, Lomé, Abuja et aussi Linas-Marcoussis sur la côte d’ivoire.Blaise Compaoré revenait trop cher à la côte d’ivoireSous le régime Ouattara, la côte d’ivoire a payé cher à son voisin burkinabé : les aides financières clandestines destinées au Burkina-Faso-Faso se comptent en milliards de FCFA. Alassane paie en nature la participation de son pays d’origine à la guerre ivoirienne. Selon certains services, une partie du prêt Sarkozy de 2011 de 450 millions d’euro est partie vers le Burkina-Faso. L’argent liquide n’a pas de trace alors circulez, il n’y a rien à voir. Alassane Ouattara ne remerciera pas assez ses compatriotes burkinabé avec l’argent des ivoiriens.C’est trop facile d’accorder l’asile à quelqu’un qui a le sang des ivoiriens sur les mains alors que des réfugiés ivoiriens sont refoulés chaque jour aux portes de leur propre pays par le gouvernement Alassane.Un pari raté
Les burkinabés Blaise Compaoré et Alassane Ouattara ratent à moitié leur pari : celui de se retrouver en 2015 à la tête du Burkina-Faso et de la Côte d’Ivoire. Alassane reste en course sauf si la rue s’emparait du spectre de sa nationalité douteuse. Celui qui tremble a peur.   Zako gnali

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Zako 9 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines