Magazine Politique

Jérusalem : et maintenant la guerre des rabbins…

Publié le 17 novembre 2014 par Blanchemanche
#Jerusalem #religions
Jérusalem : et maintenant la guerre des rabbins…
Le mur des Lamentations et, juste au dessus, l’esplanade des Mosquées
Jérusalem est peut être une ville trois fois sainte mais c’est surtout une cité cent fois maudite par tous les extrémismes, nationaux, politiques, religieux…., qui s’y affrontent Y compris, à présent, les deux branches* des  intégristes juifs.
On ne reviendra pas sur les protagonistes en présence ni sur les causes réelles ou fantasmées de leurs  incessants affrontements. Ce site** comme l’ensemble des médias en dressent avec régularité l’interminable liste.
Mais il n’est sans doute pas inutile d’en revenir à l’épicentre des affrontements actuels, ce lieu auquel donner un nom est déjà un engagement politico-religieux : « Mont du Temple » pour les Juifs religieux,  « Esplanade des Mosquées » pour les musulmans.
Et sur lequel s’affrontent en ce moment les deux branches des ultras du judaïsme religieux qui qui se haïssent cordialement. En cause les accords conclus entre les Israéliens et les musulmans après la conquête de Jérusalem en juin 1967.
Ces accords de « statu quo » comme on les appelle prévoient que l’Esplanade des Mosquées sera administrée par une autorité musulmane, et que ses fidèles y seront librement admis, sauf pour raison de sécurité.
Les non-Musulmans, y compris juifs, pourront s’y rendre à certaines heures mais sans pouvoir y prier de façon ostensible. (Un temps autorisées, les visites dans les mosquées ont été par la suite interdites).
En 1994, ce « statu quo » fut confirmé et officialisé dans l’accord de paix conclu entre  Israël et la Jordanie, qui reçut la tutelle du site. Longtemps, il ne posa aucun problème côté juif. D’autant qu’il avait l’aval des grands rabbins (ultra-orthodoxes) du pays.
En fait, ceux-ci allaient plus loin en interdisant totalement l’accès du Mont du Temple à leurs fidèles : ils pourraient par mégarde commettre un sacrilège en foulant  le sol où se trouvait « le Saint des saints » du Temple dont l’emplacement exact s’est perdu.
Mais la récente montée en puissance des sioniste-religieux,  parti « Maison juive » en tête a, en quelque sorte, modifié le statu quo sur le statu quo. Ceux-ci, soutenus par l’aile droite du Likoud, entendent « rendre au peuple juif ses droits sur son lieu le plus saint».
Or, les sionistes-religieux de  « Maison juive » et son charismatique dirigeant, Naftali Bennett sont au gouvernement alors que le Shass a été renvoyé dans l’opposition. Du coup, le nombre de Juifs se rendant au Mont du Temple est passé de quelques dizaines à plus de 11.000 en 2013.
Ce qui a déchaîné l’ire des ultra-orthodoxes, qui font rarement dans la nuance. Ainsi, dans la lettre que le rabbin David Yossef, un des dirigeants du parti Shass et fils d’Ovadia Yossef qui en fut longtemps leader spirituel, a envoyée à Benjamin Netanyahou.
« Une minorité d’extrémistes et de farfelus »
Parlant des sionistes-religieux comme de « la plus grande menace actuelle pour le judaïsme », il lui demande de « ne pas se laisser intimider par une minorité d’extrémistes et de farfelus » qui, « sous couvert de messianisme, détournent la loi juive »
En conséquence, il demande au 1er Ministre de fermer le Mont du Temple à ces Juifs car « leur attitude cause beaucoup de mal : les nations en viennent à nous détester, tandis que les ennemis d’Israël se servent de ce qu’ils font pour mener des attaques terroristes. »
Même ton chez Arié Deri, le chef du parti : aller sur le Mont du Temple est aussi grave que de manger le jour de Kippour et entraîne la même sanction : l’excommunication… Les ripostes des sionistes religieux ont été tout aussi vigoureuses, quoique moins insultantes.
D’abord, ils rejettent la cause même de l’interdiction, l’emplacement perdu du Saint des Saints : l’endroit n’a pas changé depuis deux mille ans et « nous savons donc parfaitement où il est permis d’aller et où cela est interdit »
A preuve : en leur temps, des religieux éminents comme Maimonide ou Nachmanide s’y sont rendus. Colère aussi de Naftali Bennett qui refuse toute responsabilité dans la vague de violence qui a suivi les intrusions des Juifs sur le Mont du Temple/Esplanade des Mosquées :
 « Non, Honorable Grand Rabbin, si le sang des Juifs a coulé, c’est parce que les Arabes les ont tué ». Les durs du Likoud ne sont pas en reste : le député et vice-président de la Knesset Moshé Feiglin explique  qu’il veut « changer la réalité actuelle ».
Car, pour lui,  «abandonner la souveraineté d’Israël sur le Mont du Temple conduira à abandonner Jérusalem et le pays tout entier». Mais tout le monde, même à l’extrême-droite, n’en est pas d’accord. C’est le cas du ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lierberman, par exemple.
Il est certes ultra-nationaliste mais son  parti « Israël Beteinu » est composé de Juifs russes laïcs. Il se sent donc libre de dénoncer « certains politiciens israéliens qui se livrent à ces exploitent de façon cynique une situation particulièrement complexe » à Jérusalem.
Reste à savoir de quel côté B. Netanyahou va pencher. D’une part, les sionistes-religieux sont membres de son gouvernement et ont le vent en poupe dans les sondages. De l’autre, il est en butte à la colère de l’opinion mondiale et des Etats-Unis, ce à quoi il est habitué.
Mais aussi à celle des deux pays arabes avec lesquels Israël est en paix,  l’Egypte et surtout la Jordanie. A quoi s’ajoute le fait que le 1er Ministre n’est guère religieux et qu’à ses yeux, l’essentiel est que la colonisation se poursuive. Le Mont du Temple peut attendre jusqu’à ce qu’elle soit réalisée.
Par ailleurs, il préfère de beaucoup les ultra-orthodoxes aux sionistes religieux. Les premiers, moyennant un libre accès aux finances publiques, lui fichent une paix royale pour le reste. Nafatali Bennett ne cache pas, lui, son désir de prendre la tête du pays.
Il semble donc plus que probable qu’il maintienne le statu quo et que, lentement le calme revienne. A moins bien entendu qu’un cinglé juif  ne parvienne à se livrer sur l’Esplanade des Mosquées à un massacre de musulmans façon Baruch Goldstein***…
*Cette division existe depuis les débuts du sionisme. D’un côté les ultra-orthodoxes qui s’opposent  au principe même d’un Etat juif, que seul Dieu peut créer. De l’autre, les sionistes-religieux qui considèrent Israël comme une création divine et veulent accélérer la venue du Messie en s’emparant de la Cisjordanie. 
**Par exemple : « Violences à Jérusalem » (http://www.cclj.be/article/2/6084)  ou « Si je t'oublie Jérusalem... » (http://www.cclj.be/article/2/6087)
***Baruch Goldstein : en 1994, ce sioniste-religieux ouvrit le feu avec une arme automatique dans  le « caveau des Patriarches » à Hébron. Il massacra 29 Palestiniens musulmans en prière et en blessa 125 autres
Samedi 15 novembre 2014 O.W. http://www.cclj.be/article/3/6114

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Blanchemanche 29324 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines