Magazine Société

Le Labyrinthe

Publié le 17 novembre 2014 par Chezfab

film,cinéma,le labyrinthe

L'adaptation de Wes Ball aurait pu être un énième film un peu "facile" autour d'un univers avec des ados et un peu de post-apocalypse. Sauf qu'au final, c'est plutôt un film étonnant et mieux troussé que prévu.

D'abord, par le jeu des jeunes acteurs. Tous habitués aux séries télévisées, ils démontrent ici un talent certain, sans excès et avec parfois une réelle profondeur. Car le film étant assez court (le rythme est volontairement rapide), il faut incarner au plus vite les personnages.

Dylan O'brien porte donc le film de façon assez surprenante, car son personnage est crédible dès les premières secondes. Secondé par Aml Ameen en chef charismatique, Thomas Brodie-Sangster en second et Will Poulter en opposant, la troupe arrive à donner corps et vie au film. A noter deux rôles qu'on espère voir s'étoffer : ceux de Kaya Scodelario et Ki Hong Lee. Cela devrait être le cas dans la suite.

Ensuite les effets spéciaux, la musique et la réalisation sont largement au-dessus de ce que l'on voit aujourd'hui. On sent l'envie d'une cohérence et de ne pas en faire trop. La surenchère évitée permet d'offrir plus de noirceur au film, sans recours au sanguinolent systématique.

Et c'est une saga donc ce démarrage est très bon signe. Les sujets abordés sont moins basiques que souvent : l'entraide plutôt que le héros solitaire, la notion de choix, l'univers étonnant.

La fin, surprenante pour qui n'a pas lu le livre (et d'ailleurs, ce n'est pas une adaptation totalement fidèle) laisse une envie, celle de connaitre la suite !

Allez voir ce film pour passer un bon moment, mais aussi vous plonger dans une saga qui promet d'être aussi intéressante qu'Hunger Games.

film,cinéma,le labyrinthe

L'adaptation de Wes Ball aurait pu être un énième film un peu "facile" autour d'un univers avec des ados et un peu de post-apocalypse. Sauf qu'au final, c'est plutôt un film étonnant et mieux troussé que prévu.

D'abord, par le jeu des jeunes acteurs. Tous habitués aux séries télévisées, ils démontrent ici un talent certain, sans excès et avec parfois une réelle profondeur. Car le film étant assez court (le rythme est volontairement rapide), il faut incarner au plus vite les personnages.

Dylan O'brien porte donc le film de façon assez surprenante, car son personnage est crédible dès les premières secondes. Secondé par Aml Ameen en chef charismatique, Thomas Brodie-Sangster en second et Will Poulter en opposant, la troupe arrive à donner corps et vie au film. A noter deux rôles qu'on espère voir s'étoffer : ceux de Kaya Scodelario et Ki Hong Lee. Cela devrait être le cas dans la suite.

Ensuite les effets spéciaux, la musique et la réalisation sont largement au-dessus de ce que l'on voit aujourd'hui. On sent l'envie d'une cohérence et de ne pas en faire trop. La surenchère évitée permet d'offrir plus de noirceur au film, sans recours au sanguinolent systématique.

Et c'est une saga donc ce démarrage est très bon signe. Les sujets abordés sont moins basiques que souvent : l'entraide plutôt que le héros solitaire, la notion de choix, l'univers étonnant.

La fin, surprenante pour qui n'a pas lu le livre (et d'ailleurs, ce n'est pas une adaptation totalement fidèle) laisse une envie, celle de connaitre la suite !

Allez voir ce film pour passer un bon moment, mais aussi vous plonger dans une saga qui promet d'être aussi intéressante qu'Hunger Games.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Chezfab 4794 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine