Magazine Autres sports

Les dernières réflexions sur la semaine # 11

Publié le 18 novembre 2014 par Sixverges
Les dernières réflexions sur la semaine # 11Les Steelers se réveillent juste à temps pour éviter la catastrophe.
Steelers   27  Titans 24
Après le désastre de la semaine dernière, tous s’attendaient à voir les Steelers sortir en lions et c’est ce qui se produit. Le’Veon Bell court 6 fois de suite et amasse un total de 37 verges qui permet aux visiteurs d’inscrire le placement. C’est plutôt la défensive qui marque le coup, car dès la reprise, la toute première passe de Zach Mettenberger est derrière son receveur. William Gay l’intercepte et la ramène jusqu’au bout. 10-0 Pittsburgh, sentez-vous cette odeur de massacre qui se profile doucement dans le ciel du Tennessee?? Si oui, votre nez n’est pas très fin, car Kendall Wright et Bishop Sankey unissent leurs efforts pour assurer la réplique. C’est Sankey qui enfonce le clou final sur une course de 9 verges. 10-7 Steelers.
Les 2 formations s’échangent ensuite des placements, de sorte qu’il faut attendre la 6e séquence offensive de la partie pour voir un dégagement. Il faut dire que tranquillement pas vite, la pression défensive des Titans commence à se rendre jusqu’au gros Ben. Le # 7 est clairement affecté, car sa précision fait défaut sur de nombreuses passes. Ce ne sera jamais aussi évident que sur sa misérable tentative de rejoindre Antonio Brown dans la zone des buts en fin de 2e quart qui est facilement interceptée par le demi de coin McCourty. Tennessee reprend la balle à sa ligne de 20 et moins d’une minute à jouer. Le temps de mettre le genou au sol? Non madame! Le CB Gay mord à la feinte de Nate Washington qui se retrouve fin seul dans la zone adverse pour capter la bombe de Mettenberger. BANG, touché 80 verges! Gaffe monumentale de couverture des Steelers si tard en fin de demie et on retraite aux vestiaires avec les Titans en avance, 17-13. Tiens, tiens…
Le trou se creuse davantage au 3e quart. Pendant que les défenseurs des Titans s’amusent à rabattre Big Ben pour déjà la 5efois de la soirée, l’offensive bleue poudre progresse méthodiquement sur une longue séquence de 11 jeux qui écoule plus de 5 minutes au cadran. Le TE Coffman complète acrobatiquement dans la zone de buts. 24-13 Tennessee… What the fuck?!?!
Heureusement pour les noirs et jaunes, l’heure est maintenant au Le’Veon Bell show! Ce dernier taille en pièces la défensive adverse et 5 des 8 jeux de la séquence offensive l’impliquent, dont le dernier qu’il transforme en course de 9 verges pour le majeur au début du dernier quart. 24-20, l’espoir renaît. Bell remet cela sur la possession suivante. 38 des 65 verges accumulée sur la séquence lui reviennent, mais c’est toutefois Antonio Brown qui inscrit ce qui sera le touché gagnant. Tennessee ne touchera au ballon qu’une seule autre fois, car lorsque Bell et le Pittsburgh reprennent la roche avec plus de 6 minutes à jouer, ils dominent les tranchées et égrennent l'horloge grâce à 4 premiers jeux dans les dents d’une D-Line incapable de s’ajuster. Pittsburgh s’en sort, 27-24.
Tous les barbus à la Brett Kiesel poussent un soupir de soulagement, car il s’en est fallu de peu pour que les Steelers se fassent de nouveau surprendre par une opposition plus faible. Toutefois, seul le résultat compte et en bout de ligne, la fiche de 7-4 du Pittsburgh est suffisante pour le 2e rang de la division. Les 3 autres clubs de l’AFC Nord ont un match en main, mais encore doivent-ils le gagner!!! Quant aux Titans, chapeau pour l’effort, mais leur saison est foutue depuis longtemps. Néanmoins, il s’agit d’une équipe  qui a réussi à laisser une bonne impression dans une rare apparition sous les projecteurs. Il manque encore plusieurs pièces au casse-tête, mais il y a des morceaux intéressants sur lesquels bâtir.
Les dernières réflexions sur la semaine # 11
Les dernières réflexions
Cette semaine, le focus va principalement sur les receveurs et porteurs de ballon recrues qui ont pris la ligue d’assaut.
La force des  jeunes! Yep un vieux slogan des Nordiques pour débuter! C’est qu’à peine 10 matchs à l’intérieur de leur carrière, les jeunes receveurs sélectionnés lors du dernier repêchage laissent déjà leur marque sur la grosse ligue, avec des performances qui font écarquiller les yeux et qui permettent de penser que l’encan 2014 aura été un grand cru pour les receveurs de passes. Le héros de la semaine fut Mike Evans des Bucs, auteur d’une performance astronomique de 209 verges et 2 majeurs  Evans pointe maintenant au 10erang des receveurs de la ligue pour les verges accumulées, devant Dez Bryant, Randall Cobb … et devant Kelvin Benjamin, la recrue des Panthers classée 13e! Avec ses 8 touchés, Benjamin est aussi à égalité au 8e rang de la NFL à ce chapitre. Qui a dit que les WR avaient besoin d’une période d’adaptation avant de dominer dans le grand circuit? Ces deux-là sont déjà les cibles dominantes de leurs formations respectives, tout comme Sammy Watkins à Buffalo, pris en sandwich entre Andre Johnson et Larry Fitzgerald au 22e rang des verges accumulées, malgré le haut degré de pourriture avec lequel il doit négocier au poste de quart-arrière. Les 2 autres receveurs choisis au premier tour, Bradin Cooks (Saints) et Odell Beckham Jr. (Giants) connaissent aussi de bons moments et performent au-delà des attentes.
Il n’y a pas que les choix de premier tour qui s’imposent. Après avoir passé ses 6 premières semaines à apprendre le livre de jeu, Martavis Bryant a pris la ligue d’assaut, amassant 310 verges et inscrivant 6 touchés à ses 4 premiers départs avant de connaître une première soirée en dents de scie ce soir. Pas mal pour un lointain choix de 4e ronde! A Philadelphie, Jordan Matthews (2e ronde), revendique lui aussi 6 majeurs cette saison et vient de connaître 2 prestations consécutives supérieures à 100 verges, tandis qu’en Arizona, John Brown (3e ronde) est devenu un spécialiste du long jeu qui revendique déjà quelques touchés gagnants à son actif. Finalement, n’oublions pas Jacksonville où les blessures de Marquise Lee ont permis à l’autre choix de seconde ronde, Allan Robinson de grimper au sommet de l’échelle des receveurs de l’équipe grâce à sa constance (au moins 4 attrapés par rencontre depuis la semaine #2) et à ses 548 verges de gains. Bref, ce repêchage s’enligne pour être un des plus productifs de l’histoire chez les receveurs.
Vous saviez déjà ce bout-là remarquez bien. Cependant, il faut noter que les porteurs de ballons sélectionnés en mai dernier font aussi leur marque cette saison. Évidemment, avec les comités en place désormais, les stats sont moins impressionnantes, mais plusieurs RB tirent leur épingle du jeu, à commencer par Jeremy Hill (2eronde – Bengals) et Alfred Blue (6eronde – Texans) qui ont connu des week-end d’enfer, dans le bon sens du terme! Pour un, Hill a démontré aux tigrés qu’ils devront continuer de lui réserver une place importante dans le livre de jeux lorsque Gio Bernard reviendra. Le premier RB choisit en mai était en action ce soir, soit Bishop Sankey des Titans qui connaît une saison difficile. Toutefois, Carlos Hyde (2eronde – 49ers), Tre Mason (3e ronde – Rams), Terrance West (3eronde – Browns), Jerick McKinnon (3e ronde – Vikings), Devonta Freeman (4e ronde – Falcons) et Andre Williams (4e ronde – Giants) ont tous connu leurs parts de bons moments cette saison et ont tous une chance réaliste de devenir le # 1 au sein de leurs clubs respectifs dans un futur rapproché. Ce ne sont évidemment pas des résultats aussi spectaculaires que chez les receveurs, mais c’est quand même bien.
Cincinnati n’est pas New York : Reconnaissons au moins une qualité à Andy Dalton, le rouquin a du cran. Après une autre horrible prestation qui lui a valu une énième volée de bois vert à titre de risée de la NFL la semaine dernière, the Red Rifle a remis les pendules à l’heure en éclipsant Drew Brees, au Superdome en plus. Évidemment, le match n’était pas présenté aux heures de grande écoute, un gros plus pour ti-rouge! Sauf qu’une autre chose qui l’aide, c’est d’évoluer dans un petit marché, un peu à l’abri de l’essaim de journalistes qui commentent la NFL nuit et jour. Une fois que les médias nationaux eurent ridiculisés Dalton au lendemain de sa putride sortie face aux Browns, ils sont passés à autre chose et le QB a pu se préparer à rebondir dans une relative quiétude. Oh, je suis convaincu que les lignes ouvertes de Cincinnati ont été brutales à son sujet depuis 10 jours, mais imaginez si Dalton évoluait à New York! Geno Smith, et Mark Sanchez avant lui, pourraient lui en parler. Les 2 lascars ne se sont évidemment pas aidés, mais à titre de QB des Jets, leurs erreurs furent grossies à la loupe et le spin négatif n’a jamais cessé, 24 heures par jour, 7 jours par semaine. Je ne crois pas vraiment en « The Sanchize » (et pour les records, je ne crois guère plus en Geno Smith ou en Dalton), mais c’est entre autres pour ça que j’ai hâte de voir si dans un environnement moins fou, il pourra relancer sa carrière. C’est un peu comme le hockey à Montréal, ça ne convient pas à tout le monde.  

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sixverges 1945 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines