Magazine

Le général Sleimane, « dernier rempart de la Nation ».

Publié le 25 mai 2008 par Delphineminoui1974
Amchit.jpgEntre ballons blancs frappés du cèdre du Liban et posters géants du général Sleimane, Amchit est sur son trente et un. La petite ville portuaire située au Nord de Beyrouth a passé le week-end à fêter l’enfant du pays, celui dont l’élection, aujourd’hui, devrait mettre un terme à l’impasse politique dans laquelle était plongé le Liban depuis de longs mois.


« Il incarne l’espoir d’un nouveau Liban, celui de la paix, de l’indépendance du pays, et de l’unité nationale », s’enthousiasme Antoine Lahoud, le maire adjoint d’Amchit, en distribuant des poignées de mains. Un peu plus loin, la route qui passe devant la maison en pierre de Michel Sleimane a été ré asphalté pour l’occasion. « C’est un grand jour pour Amchit et pour le Liban», confie Wahid Saadi, 88 ans, un instituteur à la retraite et ancien voisin de la famille Sleimane, qui se souvient de « l’enfant calme, discipliné et studieux » à qui il donnait des cours particuliers.


 

Les députés de la coalition antisyrienne majoritaire au Parlement et de l’opposition conduite par le Hezbollah ont finalement voté à la majorité, cet après-midi, en faveur de Michel Sleimane, un chrétien maronite à la tête de l’armée libanaise depuis 1998. 


L’élection du successeur d’Emile Lahoud s’est déroulée à Beyrouth sous haute protection en présence de l’émir du Qatar, ainsi que des ministres des Affaires étrangères de la Syrie, de l’Iran, de l’Arabie saoudite. Bernard Kouchner, le ministre français des Affaires étrangères et Javier Solana, le diplomate en chef de l’Union européenne, avaient également fait le déplacement à Beyrouth pour l’occasion.


Le scrutin, reporté à 19 reports, a finalement a été rendue possible grâce à un accord signé in extremis à Doha, la semaine passée, entre les différentes factions politiques au terme d’affrontements sanglants qui ont meurtri le pays. Cet accord symbolise également un espoir de sortie de crise, qui s’était envenimée depuis la démission en novembre 2006 de six ministres de l’opposition face au refus de la coalition soutenue par l’Occident de leur accorder un droit de veto sur les décisions du gouvernement Siniora.


« Michel Sleimane représente aujourd’hui le dernier rempart de la Nation face à la guerre civile », remarque Sami Nader, professeur de sciences politiques à l’université Saint-Joseph, en soulignant son « souci de privilégier le dialogue à la force ».

Maison de Michel Sleimane à Amchit.jpg
Fils d’un membre des Forces de sécurité intérieur et père de trois enfants, le général Sleimane apparaît aujourd’hui comme l’homme d’un compromis possible. La majorité des Libanais espèrent voir en lui l’incarnation d’un nouveau style, la marque d’une certaine forme de neutralité politique dans un pays régulièrement déchiré par les luttes claniques. « Il a su maintenir l’unité au sein d’une armée multiconfessionnelle. Il ne prend partie ni pour les uns ni pour les autres, et c’est d’un homme comme cela dont nous avons besoin pour l’avenir du Liban », insiste Faris Abi Rizk, un épicier de 70 ans, qui a fièrement accroché la photo du général Sleiman sur la porte de sa boutique, au centre d’Amchit.


C’est en février 2005 que l’ex-commandant en chef de l’armée commença à gagner le respect de la population libanaise lorsque ses troupes restèrent en dehors des grandes manifestations qui suivirent l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, imputé à Damas par la majorité antisyrienne. A la fin de l’été 2006, il prit l’initiative, après l’offensive israélienne contre le Hezbollah chiite, de déployer l’armée dans le Sud Liban. En janvier 2007, il imposa aussi, pour la première fois en 10 ans, un bref couvre-feu pour mettre fin à des heurts entre sunnites et chiites.


« C’est grâce à lui, également qu’on a pu en découdre avec les islamistes du camps palestinien de Nahr el-Bared, en septembre 2007 », rappelle Sami Nader, tout en émettant néanmoins certaines réserves par rapport à la gestion récente, par l’armée, du récent coup de force du Hezbollah, seule faction autorisée à être armée. « Il a fait preuve d’indécision quand, selon moi, il fallait que l’armée tranche dans le vif pour empêcher la fermeture, par un seul groupe politique, de l’aéroport, du port et de certains médias », dit-il.


C’est justement là que se trouve l’un des principaux défis du futur Président, qui devra s’attaquer à la question sensible du désarmement du Hezbollah. Selon l’accord de Doha, les différents partis s’engagent à ne pas recourir aux armes à des fins politiques. « C’est une question ardue », relève Bahjat Lahoud, tout en contemplant la place principale de Amchit tapissée de photos du nouveau Président. « Aujourd’hui, je suis heureux mais inquiet en même temps », dit-il.

(Photos : A Amchit, dans la ville natale du général Sleimane, l'ambiance était à la fête pendant tout le week-end)


 Je valide l’inscription de ce blog au service Paperblog sous le pseudo delphineminoui1974


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Delphineminoui1974 564 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte