Magazine Journal intime

Les Matchs de la rentrée littéraire 2014 : j'ai testé le livre "Sous les couvertures" de Bertrand Guillot

Par Sophiedestests

"Les matchs de la rentrée littéraire 2014"... Cette année encore je participe à l'événement, version 2014, plutôt sympa organisé par PriceMinister. Le principe n'a pas changé : une fois par an les bloggeurs peuvent s'inscrire (dans la limite des places dispos) et choisir un bouquin parmi une liste imposée. Ils le reçoivent ensuite en cadeau, et ils en publient la critique sur leur blog.

J'ai choisi de lire Sous les couvertures de Bertrand Guillot. T'affole pas ami de passage ici, rien à voir avec la vague coquine qui déferle depuis quelques temps (les nuances de gris and Co pour emoustiller la ménagère, de + ou - 50 ans peu importe faut ratisser large). Ces couvertures-là n'ont rien de commun avec un habillage de lit, et ce qui s'y passe dessous n'est pas à classer X. L'auteur est sans doute une canaille qui joue sur l'ambiguïté, mais le visuel et le résumé au dos calment vite les ardeurs du lecteur en mal de frissons érotiques !

Ce livre a pour héros des livres. Voilà qui complète pile-poil J'ai testé des livres qui parlent des livres ou d'écrivains (de façon insolite !), un test que j'avais publié en 2011 (inutile de s'appesentir sur la tronche que j'ai sur la photo de l'époque... allez, rigole un bon coup et on n'en parle plus).

Culture ok, mais business is business mon frère. Les invendus qui n'ont pas grâce aux yeux du libraire, ça prend de la place sur les rayons inutilement. Ils sont relégués sur d'obscures étagères et voués à terme au pilon (forcément, ça leur plait moyen comme perspective). Tandis que les nouveautés, celles bardées de louanges ou de prix bandeau à l'appui, ou écrites pas des auteurs abonnés aux best-sellers, ont le privilège de se pavaner sur les tables près de la caisse (c'te bande d'arrogants !). Ca devait péter un jour, forcément, d'autant plus que l'échéance approche. Et c'est ce qui se passe cette nuit-là pendant la fermeture. Les bouquins en danger s'animent et réfléchissent à une stratégie pour sauver leur peau. Il va y avoir de la castagne.

Ecriture fluide et sympa, sujet original, bref, tout baigne ? Oui,... mais non. Comment dire... C'est bien et agréable à lire, mais...

Cette histoire (et ses livres-personnages aux pseudos genre nains de Blanche-neige : Grand, Conteur, Junior etc.) sous forme d'album illustré pour enfant, ça aurait été le bonheur. Ou bien telle quelle destinée à un public d'ados (non biberonnés depuis la naissance à la sous-littérature dérivée de dessins animés débiles ou de classiques simplifiés à l'extrème et de façon mièvre... il leur faut tout de même au moins 3 neurones non anesthésiés pour apprécier) ce serait parfait. Mais en tant qu'adulte j'avoue trouver cela un peu léger. Une fois l'idée de base assimilée, les anciens qui mettent en place un plan pour prendre la place des nouveaux à succès programmé, ça manque du quelque-chose-je-ne-sais-pas-quoi qui ferait qu'on ne lâche plus le bouquin avant la fin. Et les aparté du côté des humains ne proposent qu'un survol frustrant de leur personnage et de leurs actions.

Pourtant, il y a plein de petites phrases savoureuses qui méritent qu'on s'y arrête. Mais ça ne suffit pas à rendre inoubliable ce roman malheureusement. Quoique, il faudrait peut-être je le relise. Echaudée par le plan-plan de l'histoire (bien que ça se cogne fort vers la fin), j'ai sans doute raté des pépites.
"Sarah aimait prendre son temps pour lire. Elle aimait surtout qu'un bon roman lui prenne tout son temps."
"Lorsque tu entreprendras quelque chose, sache que tu auras contre toi, ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui voulaient faire la même chose... et l'immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire du tout." (Confucius)
"-Et si le grand livre, c’était celui devant lequel le lecteur se sent tout petit ? demanda Conteur. Et tous convinrent que cela était juste."

Bref, un roman qui n'est pas destiné au pilon comme le risquent ses personnages (faut pas exagérer, c'est tout de même pas mal !), mais qui aurait gagné à plus de profondeur, plus de suspense, et surtout plus de rebondissements. Si je devais le noter, je lui donnerais un 12/20.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sophiedestests 1777 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte