Magazine France

Non aux violences faites aux enfants

Publié le 24 novembre 2014 par Ps76
violences-faites-aux-enfants

A l’occasion du 25ème anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), la France a signé le troisième protocole de la convention.

Ce troisième protocole facultatif donne aux enfants la possibilité de porter plainte lorsqu’ils ont le sentiment qu’il est porté atteinte à leurs droits fondamentaux. C’est une avancée importante. En France, chaque jour, deux enfants meurent de maltraitance.

Au-delà, de cet accablant constat, nous devons prêter une attention particulière dans notre pays aux 275 000 enfants qui sont accueillis par l’aide sociale à l’enfance. Le gouvernement a engagé un travail pour poursuivre et amplifier ce qui a déjà été fait avec les Conseils généraux. Ce travail s’oriente dans trois directions : permettre de mieux repérer les situations où les enfants sont en danger, mieux garantir aux enfants la stabilité de leur vie et de leur parcours et enfin, leur apporter un soutien vis-à-vis des institutions extérieures. Ce travail trouvera ainsi un premier aboutissement à travers la proposition de loi à venir.

En France, entre 2008 et 2012, le taux de pauvreté des enfants a augmenté, il est passé de 15,6% à 18,6 %. Soit environ 440.000 enfants pauvres de plus en trois ans (rapport de l’UNICEF 2014). Pour s’attaquer résolument à cette pauvreté croissante, dès 2012, le gouvernement a élaboré un plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale.

Les mesures concrètes mises en place ont permis :

- la revalorisation de l’allocation de rentrée scolaire de 25% en 2012 : Près de 3 millions de familles bénéficiaires ;
- la hausse de 50% sur 5 ans du complément familial pour les familles modestes de 3 enfants ou plus, dont une première tranche de 10% au 1er avril 2014 : 385 000 familles bénéficiaires
- la hausse de 25% sur 5 ans de l’allocation de soutien familial versée aux parents isolés dont une première tranche de 5% au 1er avril 2014

Les socialistes saluent la volonté politique de Laurence Rossignol (Secrétaire d’Etat) qui défend « une éducation sans violence ». La société française doit se saisir de ce sujet afin d’éradiquer les châtiments, non seulement, corporels et si nécessaire inscrire leur interdiction dans la loi, comme l’ont déjà fait dix-huit pays membres de l’Union européenne.

Le Parti socialiste soutient l’engagement du gouvernement en faveur d’un renforcement de la protection de l’enfance afin de permettre à chaque enfant le droit à une vie individuelle dans un esprit de paix, de dignité, de tolérance, de liberté, d’égalité et de solidarité.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ps76 782 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte