Magazine Société

Vestiges des temps modernes

Publié le 25 novembre 2014 par Réverbères
Vestiges des temps modernes FMG©2014
Mes chemins professionnels me menaient ce matin à Forem-Formation, situé depuis plusieurs années sur le site du Val-Benoît, à Liège. Ce site, après avoir été un fleuron universitaire, est aujourd’hui à l’abandon, ou plutôt en réhabilitation. Certains bâtiments sont recyclés, d’autres sont détruits pour faire place à du neuf.
Cela m’a permis de saisir cette étonnante photo : c’est tout ce qu’il restait ce matin de ce bâtiment dans lequel il me semble avoir travaillé au début des années ’90. Ces deux ossatures centrales – anciennes cages d’ascenseur ? – étaient ce soir déjà entièrement séparées. Dans quelques jours, elles n’existeront même plus.
Ces vestiges d’un passé récent disparaissent ainsi. C’est bien sûr des pans entiers d’histoire qui se retrouvent en poussière. On peut se laisser envahir par un brin de nostalgie, c’est le droit de chacun. Personnellement, j’ai plutôt tendance à considérer que ces bâtiments ont fait leur temps, ont rendu les services qu’ils devaient rendre et que les remplacer par de nouveaux ne peut être qu’un pas vers l’avenir. À quoi me servirait-il d’être nostalgique ?
La vie n’est-elle pas toujours ainsi faite ? On construit des choses – des bâtiments, mais aussi des vies, des relations, des rêves – qui remplissent leur office le temps qu’il faut. À un moment, ces choses deviennent obsolètes. Elles gardent sans doute toujours une certaine âme, mais faut-il à tout prix préserver celle-ci. L’âme n’existe-t-elle pas d’ailleurs que dans le souvenir, le sens symbolique, qu’on veut bien lui accorder ? Alors, autant détruire la chose, la faire disparaître pour qu’elle puisse laisser la place à une nouvelle chose – un nouveau bâtiment, une nouvelle vie, une nouvelle relation, un nouveau rêve. Ce n’est pas nier la chose d’origine. C’est la transcender, la conduire là où elle n’aurait même pas pu être en elle-même.
Je ne dis pas qu’il faut détruire toutes les vieilles choses. Tant qu’elles peuvent vivre et être utiles – même si cette utilité est purement symbolique – alors autant les garder. Mais si elles doivent disparaître, je ne serai jamais le premier à verser une larme. L’avenir se construit toujours sur le passé, mais ce n’est jamais celui-ci qui construit l’avenir.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Laissez-nous faire !, d'Alexandre Jardin

    Laissez-nous faire d'Alexandre Jardin

    C'est le titre du livre, Laissez-nous faire, qui donne envie de le lire. Le signataire, moins. Alexandre Jardin, sans l'avoir jamais lu, est, en effet, de... Lire la suite

    Par  Francisrichard
    SOCIÉTÉ
  • A propos de la construction de l’europe

    propos construction l’europe

    1950…..2001…..2009……2015…..Le 9 mai 1950, le ministre français des Affaires étrangères, Robert Schuman, prononce, lors d’une conférence de presse au Quai... Lire la suite

    Par  Ghx62
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Au Havre, le Tour a la fête qui tourne

    Havre, Tour fête tourne

    Le Tchèque Zdenek Stybar remporte au sprint la sixième étape, jeudi 9 juillet, marquée par la chute du maillot jaune Tony Martin. Lire la suite

    Par  Jean-Emmanuel Ducoin
    CULTURE, HUMEUR, MÉDIAS, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Si l'on revenait..., d'Elisabeth Daucourt

    l'on revenait..., d'Elisabeth Daucourt

    La vie, ce n'est pas seulement l'instant présent. Il y a un avant et il y aura, peut-être, un après. La vie ne s'explique que par cet avant, qui permet tant bie... Lire la suite

    Par  Francisrichard
    SOCIÉTÉ
  • J’aime les taxis

    Naaaan j’déconne. C’était juste pour m’amuser même si je ne devrais pas cracher du sans plomb sur un incendie. Les taxis, je ne les aime ... Lire la suite

    Par  Emmanuel S.
    COACHING SPORTIF, SOCIÉTÉ, SPORT
  • Le goût acidulé des framboises

    goût acidulé framboises

    Ma main chatouille la sienne tandis qu’elle boit son chocolat du matin. Comme il est étrange de penser que, malgré mes efforts, d’ici quelques mois j’aurai... Lire la suite

    Par  Mentalo
    CÔTÉ FEMMES, HUMEUR, SOCIÉTÉ
  • La Miséricorde (inédit), de Jean Raspail

    Miséricorde (inédit), Jean Raspail

    Dans sa collection Bouquins, les éditions Robert Laffont ont eu la bonne idée de publier en un volume six romans de Jean Raspail. Lire la suite

    Par  Francisrichard
    SOCIÉTÉ

A propos de l’auteur


Réverbères 2807 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine