Magazine Design et Architecture

Architecture georgienne

Publié le 29 novembre 2014 par Aelezig

Le mot vient des quatre premiers monarques anglais de la Maison de Hanovre (George Ier, George II, George III et George IV) qui régnèrent d'août 1714 à juin 1830, et fait référence au style architectural des pays anglophones entre 1720 et 1840.

Histoire

Le style georgien succède au style baroque anglais. James Gibbs fait figure de transition. En effet, beaucoup de ses réalisations ont toujours une touche de baroque, reflétant le temps qu'il a passé à Rome au début du XVIIIe siècle. Les architectes ont envie de changement.

z01

Maison à Salisbury, Angleterre

Dans le courant principal du style georgien, on retrouve l'architecture palladienne. À partir du milieu des années 1760, plusieurs types de style néo-classique sont à la mode, auxquels des architectes comme Robert Adam, James Gibbs, Sir William Chambers, James Wyatt, George Dance le Jeune, Henry Holland et Sir John Soane vont donner une touche britannique. La fin de l'architecture georgienne se caractérise par ses proportions et son équilibre. Des calculs mathématiques de proportion sont faits pour déterminer la hauteur d'une fenêtre par rapport à sa largeur ou la forme d'une double pièce. Le terme régulier fait l'unanimité et implique symétrie et adhésion aux règles classiques. L'asymétrie est vue comme un défaut. La régularité des devantures de maison est recherchée par les urbanistes. Le style georgien se repose sur l'ordre architectural classique et utilise un vocabulaire dérivé de la Grèce et la Rome antiques. Les matériaux les plus utilisés sont la brique et la pierre. Les couleurs dominantes sont souvent le rouge (briques rouges et entourages blancs), mais aussi le brun et le blanc.

Caractéristiques générales

  • maison en forme de cube simple à un ou deux étages, deux pièces de profondeur, et strictement symétrique,
  • porte d'entrée centrée avec, à son sommet, un entablement ouvragé soutenu par des pilastres ornementaux,
  • fenêtres rectangulaires,
  • corniche embellie par des moulures à denticules décoratives,
  • les fenêtres sont toujours en nombre impair.
  • il y a cheminée de chaque côté de la maison.
  • apparition des fenêtres à guillotine.

z02

Musée à Bath, Angleterre

Architecture géorgienne coloniale

L'architecture georgienne se répand dans les colonies anglaises de l'époque. Dans les colonies américaines, le style georgien colonial et le style néo-palladien se fondent pour devenir le style fédéral. Les bâtiments georgiens sont aussi construits en bois avec des planches en clin. L'université Brown, l'université Samford et le College of William and Mary à Williamsburg sont de parfaits exemples d'architecture georgienne.

Après les années 1840, les règles georgiennes sont petit à petit abandonnées, car un certain nombre de styles historiques viennent à la mode dont le style néo-gothique. Aux États-Unis, la popularité de ce style décline après la révolution, à cause de son association avec le régime colonial. Mais plus tard, au début du XXe siècle, une nostalgie du sens de l'ordre grandissante apparaît et le style fait son retour sous le nom de colonial revival. Au Canada, les loyalistes voient l'architecture georgienne comme un moyen d'exprimer leur loyauté envers l'Angleterre.

z60

Brown University, Etats-Unis

Le nouveau style georgien, qui fait son apparition en Angleterre au début du XXe siècle, après la vague d'historicisme, est souvent appelé néo-georgien. Il est communément utilisé en Angleterre pour la réalisation d'édifices jusqu'à la fin des années 1950. Que ce soit aux États-Unis ou en Angleterre, le style georgien est toujours utilisé par les architectes tels que Quinlan Terry, Julian Bicknell, et Fairfax et Sammons qui s'en servent pour concevoir des maisons privées.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Aelezig 127315 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte