Magazine Bien-être

la morosité du lundi

Publié le 01 décembre 2014 par Montaigu

Diablotin

Chaque  weekend se termine, le dimanche soir, par l’inexorable angoisse du lundi.

De même que les enfants préparent en ronchonnant leur sac à doc avec cahiers, agenda, nous nous préoccupons avec un petit pincement de notre cartable.

Demain le réveil sonne et on reprend le chemin de " l’école".

Ce phénomène se répète invariablement ou quasiment.

52 semaines dans l’année  moins les vacances, comptons 6 semaines, les lundis de Pâques et de la Pentecôte, il en reste 44  à se taper.

Evidemment certains résonnent plus durement que d’autres comme les froids et les pluvieux. Néanmoins, il y a une constante en ces jours de lune, l’humeur est mauvaise.

Inutile de prospecter ce jour là ou d’essayer de prendre des rendez-vous, tout le monde fait la gueule.

Nos pensées sont plutôt moroses, focalisés que nous sommes à voir tout ce qui ne convient pas dans un concentré du temps, passé,  présent et futur. Ainsi, toutes nos pensées intérieures démarrent avec "si ".

Si j’étais plus riche, si j’étais plus mince, si mon patron était moins con, si ce dossier était plus intéressant, si mon client était moins exigeant, si je pouvais partir en vacances à tel moment, si je pouvais m’offrir enfin cette télévision à écran plat, si mes enfants m’épuisaient moins, si j'avais pu rester au lit ce matin, si je m’ennuyais moins dans ce boulot rasoir etc.

Brusquement, on se demande pourquoi les gens vous regardent de travers alors qu’il  raisonnent  très exactement de la même manière, car pour eux aussi, c’est lundi.

Donc pour résumer, ça va comme un lundi et vivement ce soir que je me couche!

Le moral étant dans les chaussettes, enlevons les ! Parce que 44 lundis comme ça, c’est pesant.

C’est le jour par excellence où il convient sinon de se faire plaisir, de contourner les difficultés potentielles que l’on a pris grand soin d’énumérer toute la journée.

Quelques suggestions suivent.

 La  réunion machin : prendre un air inspiré et manifester un intérêt " presque" réel aux 150 000 idées du fayot de service en les jugeant astucieuses.

"Tel client a-t-il rappelé ? " " Non pas encore mais il m’a assuré qu’il le ferait demain".

"Le dossier truc muche ?"" D’autres idées me sont venues, je vous en reparle dès que le projet prend tournure".

Planquer le ELLE où il n’est question que de filles sublimes et filiformes sous la pile, on y reviendra plus tard pour chiader la tenue de réveillon. 

Le frigo est vide, qu’est-ce qu’on va bouffer ce soir ?  Il y a sûrement un paquet de nouilles qui traine au fond du placard et avec une sauce au citron, c’est délicieux !

Envoyer les enfants au lit plus tôt, au prétexte qu’ils se sont couchés beaucoup trop tard ce weekend. Et se vautrer devant la télé pour enfin voir séries ou films préférés, ou s’allonger dans le canapé pour lire le polar du moment. 

Bref, le lundi soyons sans vergogne.

Demain mardi, en pleine forme, on pourra commencer tranquillement à se préoccuper du prochain weekend !

Na!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Montaigu 551 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte