Magazine Science & vie

LES "GENDARMES" DU NUCLEAIRE ( première partie)

Publié le 01 décembre 2014 par 000111aaa

Il me faut délaisser un temps la PHYSIQUE  pour vous tenir au courant des problèmes du nucléaire ….Bien entendu  MONSIEUR LE FRANCAISMOYEN  et surtout MONSIEUR GREENPEACE  ne pensent actuellement qu’aux  charivaris des média sur le survol des centrales par des drones ….Indépendamment de cela, il faudrait   se pencher surtout  , au seuil de l’hiver qui va commencer  sur  l’état de notre parc nucléaire  , des gens qui le gèrent et des gens qui le surveillent ..Et si je vous raconte tout  cela  c’est par réaction à la coupure d’électricité que nous avons subi à la salle municipale de sports tout à l’heure….On pense tout de suite au pire et aux problèmes que les pluies et les inondations sont en train de faire subir à notre pays ……

C’est le rôle de l’Autorité de sûreté  nucléaire (ASN) de  la France  de contrôler  la bonne marche de notre parc  et c’est pourquoi je vais vous entretenir de plusieurs  points importants

1°/ l’ASN jugé par ses pairs  de l’AIEA !

L’ASN a accueilli du 17 au 28 novembre 2014 une mission AIEA de revue par les experts de  l’AIEA. Cette mission de type "Integrated Regulatory Review Service" (IRRS) a porté sur l’ensemble des activités contrôlées par l’ASN. Elle a examiné les forces et les faiblesses du système français de contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection aux regards de normes de l’AIEA.

Un point particulièrement intéressant était que cette mission a été dirigée par M. Mark Satorius, directeur général de l’Autorité de sûreté américaine, ( NRC) et par Mme Ann McGarry, directrice de la radioprotection de l’Agence irlandaise de protection de l’environnement. Elle a été réalisée par une équipe de vingt-neuf experts des Autorités de sûreté nucléaire et de radioprotection d'Allemagne, d’Australie, de Belgique, du Canada, de Corée, de Cuba, d'Espagne, des États-Unis, de Finlande, d’Inde, d’Irlande, du Japon, de Hongrie, du Maroc, de Norvège, du Pakistan, de la République Tchèque, du Royaume-Uni, de Suisse et de l'AIEA.

  Vous me demanderez surement en quoi l’AIEA   qui ne s’occupe pas de conception  de centrales et  de  gestion  directe de problèmes de sûreté  sur site  mais plutôt  de conseil , doctrine  , inspection et  contrôle en matière de sécurité   peut-elle prétendre  à une expérience  et  à un «  vécu »  en  matière de Sureté ??? La réponse se trouve dans la composition de ce groupe  venant des ASN  des autres pays  …..

 Ce qui résulte  de cette visite est ceci ( vous l’auriez en détails  sur la version PDF  du communiqué de presse de l’AIEA ) : « « Notre évaluation a démontré qu’un engagement fort existait en France pour la sûreté …..  L’équipe a relevé que l’ASN avait une structure organisationnelle robuste et efficace et qu’elle accordait une grande importance à l’impartialité des Commissaires, des groupes d’experts et de l’ensemble de son personnel ».( SATORIUS  )

 Voici les points forts notés  :

 « • L'implication des parties prenantes dans les processus réglementaires et dans la transparence des prises de décision, ainsi que la mise en place d'une communication large pour promouvoir la participation dans les activités et les décisions de contrôle,

• L'indépendance des Commissaires et du personnel de l'ASN dans l'accomplissement de leurs missions réglementaires ;

• La coordination entre les organismes de contrôle impliqués dans la planification d’urgence et l’interaction efficace avec les exploitants dans ce domaine.

 Voici les points faibles :

• Le cadre réglementaire pour le contrôle des expositions dans le domaine médical devrait être évalué pour s’assurer qu’il n’y a pas de lacune et que la coordination entre les organismes impliqués est appropriée,

• Le système utilisé par l'ASN pour évaluer et modifier son cadre réglementaire devrait être renforcé,

• Tous les processus dont l'ASN a besoin pour remplir son rôle devraient être précisés dans son système de gestion intégré et pleinement mis en œuvre et,

• De nouveaux moyens doivent être étudiés afin de garantir à l'ASN les ressources humaines et financières dont elle a besoin pour mener un contrôle efficace de la sûreté nucléaire et de la radioprotection à l’avenir.

Le rapport final de la mission sera remis au Gouvernement français dans un délai de troismois. Les autorités françaises ont déclaré que ce rapport sera rendu public.

 A suivre


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


000111aaa 168 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine