Magazine Santé

L'utilisation de la digue prouvée par une étude scientifique Taïwannaise

Publié le 02 décembre 2014 par Dentisfuturis
L'utilisation de la digue prouvée par une étude scientifique TaïwannaiseL'ensemble des autorités professionnelles (HAS 2008, ESE 2006, AAE 2010) souligne l'absolue nécessité de la pose d'un champ opératoire avant toute manœuvre endodontique. Or, les praticiens français seraient encore moins de 30 % à recourira son utilisation systématique (Bouquard, 2013).
Les auteurs Caroline Trocmé, Marielle Glikpo, Dominique Martin se basant sur une étude de chercheurs Taïwannais (Lin PY, Huang SH, Chang HJ, Chi LY), ont analysés les résultats des probabilités de survie des dents traitées endodontiquement entre 2005 et 2011.
Les dents traitées puis extraites durant ces 6 années ont été comptabilisées. Au total, 517234 dents, dont 77489 traitées sous digue soit environ 15 % de la population, ont été incluses dans l'étude et suivies sur une période moyenne de 3,43 années. 29919 dents traitées entre 2005 et 2011 ont été extraites.
Le taux de survie moyen obtenu pour l'ensemble des dents analysées est donc de l'ordre de 94,4%. Ce résultat est comparable à ceux reportés lors d'investigations précédentes (94,44 % chez Lazarski et al en 2001 pour une période d'observation équivalente, 97% chez Salehrabi et Rotstein en 2004 sur un suivi plus de 8 années) et supporte le choix de la thérapeutique endodontique pour la pérennité du support dentaire. On note une différence significative entre les dents traitées sous champ opératoire avec un taux de survie de 95,15 % (73728/77489) et les dents non traitées sous champ opératoire présentant un taux de survie plus faible de 94,21 % (414287/439475). De plus, la probabilité de survie des dents dont le traitement endodontique a été réalisé sous digue est significativement plus importante. Elle s'élève en effet à 90,3 % après 3,43 années contre 88,8 % pour les dents n'ayant pas été isolée de la cavité buccale.
L'étude a également montré que l'utilisation de la digue diminue significativement le risque d'avulsion dentaire. En effet, le risque relatif d'avulsion des dents traitées sous digue est 0,81 fois plus faible que les dents n'ayant pas fait l'objet de la pose d'un champ opératoire.

[1] Article analysé: Lin PY, Huang SH, Chang HJ, Chi LY. The effect of rubber dam usage on the survival rate ofteeth receiving initial root canal treatment: A nationwide population-based study. J Endod 2014; 40 (11): 1733-1894.

Caroline Trocmé, Marielle Glikpo, Dominique Martin
Diplôme Universitaire Européen d'Endodontologie Clinique Paris Diderot Paris 7*
Influence de l'utilisation d'un champ opératoire
sur le pronostic des traitements endodontiques initiaux

...
>> Lire l'article complet...

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dentisfuturis 317 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine