Magazine France

l’antisémitisme est-il un racisme comme les autres ?

Publié le 08 décembre 2014 par Gédécé @lesechogaucho

imagesL’agression de Créteil m’a tout aussi horrifié que d’autres, parmi les démocrates et les plus attachés à notre tradition humaniste française, et si j’avais habité ce secteur géographique, je me serais sûrement joint à la manifestation de protestation. Agresser qui que ce soit pour sa seule origine ethnique ou son appartenance religieuse me révulse. C’est toujours condamnable, et cela doit être sévèrement sanctionné, sans le moindre état d’âme. je soutiens cette cause sans réserve. Toutefois, je m’érige publiquement et clairement en opposition à la déclaration de Bernard Cazeneuve qui selon le Monde appelle à « faire de la lutte contre l’antisémitisme une cause nationale ». En effet, à mon sens, en  faisant cela, on hiérarchise une certaine forme de racisme (par opposition à d’autres, réputées moins graves ?) en cédant à l’émotion sur la base d’un seul fait divers. Alors qu’il conviendrait de prendre davantage de recul, et de condamner toute forme de racisme ou de xénophobie, et de les mettre toutes au même niveau  de gravité pour garantir la paix sociale, le gouvernement dont c’est le rôle choisit donc de sortir de l’ombre et de la boue le seul phénomène de l’antisémitisme. Cela ne peut qu’aggraver les tensions entre communautés, et créer un sentiment d’injustice.  Rappelons en effet par exemple que les actes islamophobes ont également atteint une proportion inquiétante (augmentation de 11,3% en 2013, 34% en 2012 et de 28,02% en 2011). Entendons nous bien, il ne s’agit pas d’opposer une discrimination à une autre, dans mon esprit. Est profondément ancrée en moi l’idée qu’une agression, quelle qu’en soit la nature, envers un être humain pour sa seule couleur de peau ou  pour sa seule religion,  est infiniment lamentable, inhumain, ridicule, insupportable et dégradant pour l’ ensemble des êtres humains, collectivement. Aussi, faire de l’antisémitisme une cible plus prioritaire que d’autres est une erreur stratégique  et morale profonde.  Si Cazeneuve était moins bête, il ne ferait pas des juifs un peuple élu y compris dans la souffrance d’être stigmatisé. Et je tiens à souligner dans ce même billet la profonde bêtise également du président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Roger Cukierman, qui signe par là son racisme tout aussi condamnable : « Si l’Etat ne fait pas de cette cause nationale une ardente obligation, les juifs partiront en masse et la France tombera entre les mains soit de la charia, soit du Front National » (source). Qu’est-ce à dire ? Que si les juifs de France s’en vont, ils ne restera plus que des musulmans intégristes ? Cela est ridicule.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gédécé 134609 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte