Magazine Cinéma

Le médecin de famille

Publié le 08 décembre 2014 par Dukefleed
Le médecin de familleMédecine sous le IIIème Reich
1960 en Patagonie, une famille s’installe dans un hôtel familial inexploité qu’elle souhaite remettre en route. Leur premier client est un mystérieux médecin allemand qui a fait le trajet dans leur sillage. Dans cette famille, une jeune fille de 12 ans (Lilith) est vite diagnostiquée par le médecin comme ayant un problème de croissance. Il propose à la mère, enceinte de jumeaux, de pouvoir apporter une solution médicale à sa fille risée de son école du fait de sa petite taille. La petite Lilith, dans les mains de ce médecin, va faire office de cobaye pour les études qu’il mène depuis de nombreuses années sur les hormones de croissance. Les jumeaux à naître sont aussi une cible potentiel de ce médecin qui n’est autre que le Dr Mengele ; le bourreau d’Auschwitz.La réalisatrice argentine, Lucia Puenzo, choisit le mode atypique du thriller glaçant plutôt que du biopic classique pour conter une histoire vraie. Et çà c’est vraiment le côté sympa du film tant elle arrive à tenir assez correctement son suspense et une certaine tension. Elle condamne aussi fermement tout un pan de l’histoire de son propre pays. L’Argentine comme d’autres pays d’Amérique latine ont en effet accueilli en masse avec complaisance un grand nombre de dignitaire nazis. Elle montre comment la commune de Bariloche du fin fonds de la Patagonie est une arrière cour du nazisme mourrant. On y enseigne en allemand, on y fait l’éloge de la race, on y fait de la chirurgie du visage à tour de bras de hauts dignitaires afin qu’ils échappent au Mossad. Ce film pourrait donc être une fiction, ce qui le rend effrayant, c’est que tout çà est bien une forme de vérité. Après la réalisatrice ouvre trop de portes qu’elle ne prend pas la peine de refermer. Le métier du père de Lilith vient faire un contrepoint un peu trop forcé à l’ignominie de Mengele. Quelques trop grosses ficelles, mais le film a le mérite de dénoncer tout en captivant même ceux qui ignore tout de la fin du nazisme.Dans le Parisien, Huber Lizé fait une belle synthèse du film : « Malgré des ficelles un peu épaisses, ce drame argentin, tourné dans des décors magnifiques, raconte à la manière d’un thriller historique la traque aux criminels nazis réfugiés en Amérique du Sud. »
Sorti en 2013

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dukefleed 11 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine