Magazine Séries

Critique: La prochaine fois je viserai le coeur

Publié le 13 décembre 2014 par Robin210998
Critique: La prochaine fois je viserai le coeur

Titre: La Prochaine Fois je viserai le coeur 

Réalisateur: Cédric Anger 
Acteurs: Guillaume Canet, Ana Girardot ...
Genres: Policier, Drame
Nationalité: Français 
Durée: 1H51min
Sortie: 12 novembre 2014 

"La prochaine fois je viserai le coeur" raconte l'histoire vraie d'un gendarme nommé Franck et qui se transforme en tueur en série en attaquant des auto-stoppeuses. Très vite, cette affaire va semer la zizanie et peu à peu l'étau va se resserrer autour de lui. Malheureusement, le scénario devient rapidement trop répétitif, monotone et d'une très grande mollesse. Certes, Franck ne cesse de se balader en voiture à la recherche de nouvelles proies mais le réalisateur aurait pu donner un peu d'énergie à son histoire. Les victimes s'enchainent et au fur et à mesure de sa cavale aucune émotion ne semble traverser l'écran pour venir toucher le spectateur. Même si le personnage interprété  par Guillaume Canet n'est pas franchement expressif, la mise en scène des attaques et de ses délires mentaux aurait mérité d'être montrée de façon plus dramatique et touchante. Au contraire, l'intrigue laisse de marbre comme si un mûr se tenait en face de nous à la place de l'écran. Seule la fin du film a le mérite de livrer un véritable bouleversement aux spectateurs. En effet, une profonde compassion envers cet homme, certes meurtrier mais perdu dans la vie, émane de cette conclusion. L'atmosphère y est très sombre voir terne tout au long du film, le rendant vite lassant et inintéressant. Au contraire, le casting se révèle être particulièrement impressionnant. Guillaume Canet est bluffant dans le rôle de ce gendarme pas forcement habile puisqu'il n'arrive pas à regarder ses victimes lorsqu'il tente de les tuer. C'est un personnage assez ambigu car totalement imprévisible et pris de moments de folie insurmontables. Guillaume Canet semble possédé par cet homme prêt à tout pour assouvir ses pulsions. Ana Girardot reste, certes, un peu à l'écart mais demeure assez impressionnante et courageuse face à cet homme  coincé et peu expressif. 


Mes notes: 
Scénario: 2,5/4
Intrigue: 2/3
Photographie/ Mise en scène: 1,5/3
Musique: 0,5/1
Durée: 0,5/1
Casting: 1,5/3
Appréciation personnelle: 1,5/3
Drame/Policier: 1,5/2
NOTE GLOBALE 11,5/20 

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Robin210998 1536 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine