Magazine Humeur

Culture et politique : retour sur 2014 #1

Publié le 15 décembre 2014 par Ep2c @jeanclp

Note publiée le 20 janvier 2014

Il est donc urgent que la puissance publique affirme les principes communs à respecter par toutes les politiques culturelles, tant de l'Etat que des collectivités. J'avais indiqué au député Travert 7 la voie à suivre pour éloigner le spectre du corporatisme culturel. Il suffisait d'affirmer les finalités culturelles d'intérêt général que la France s'est engagée à défendre en adoptant les textes normatifs de l'Unesco. Le député Travert n'a pas tenu compte de ces valeurs culturelles universelles que nous avons pourtant pris la responsabilité de défendre aux yeux du monde. Il a préféré s'en tenir à l'approche sectorielle, donc corporatiste de la culture.

Malgré cela, dans le climat d'opposition introduit par le lobby des arts, il s'impose aujourd'hui que le dispositif de délégation soit rendu transparent et public et qu'il repose pour tous les acteurs de la négociation sur les valeurs culturelles universelles négociées à l'Unesco. Ce sera un cadre incontestable pour le débat public autour de la délégation culturelle, au sens où refuser de se référer tant à la Déclaration universelle sur la diversité culturelle qu'à la Convention sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel serait nous déjuger collectivement sur la scène mondiale.

Conclusion : si, en matière culturelle, le gouvernement veut vraiment faire des délégations le fer de lance de la modernisation de l'action publique, il lui faudra vite profiter de la délégation prévue pour la Bretagne pour affirmer de tels principes de discussion.

Il lui faudra aussi éviter de présenter au Parlement une loi sur la création artistique qui continue de privilégier les pratiques archaïques du corporatisme culturel. A l'inverse, il serait temps que les organisations culturelles professionnelles apprennent à rester à leur juste place : elles sont les indispensables ressources du développement de l'imaginaire humain mais elles ne sauraient, dans notre République, espérer penser l'intérêt général en lieu et place du législateur.

Ainsi se termine  la contribution de Jean-Michel Lucas  (à ce qui devrait être un vrai débat politique)

"Résister au corporatisme pour moderniser l'action publique culturelle"

(à propos de l'article 2 de la loi de modernisation de l'action publique et de l'affirmation des métropoles et de l'amendement « d'exception culturelle »)

JM Lucas et Doc Kasimir Bisou

1 Janvier 2014

Télécharger l’article de Jean-Michel Lucas

Autres contributions du même auteur sur La Cité des sens, cliquer ici.

 

Voir aussi sur ce blog :Actualités des politiques culturelles

Votre blog a donné lieu à une création de notice bibliographique dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France. Il lui a été attribué un numéro international normalisé (ISSN) :
Titre : La Cité des sens
ISSN : 2270-3586
 

     


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ep2c 4518 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines